Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 07:30

100_0927.JPG

 

Il faut clairement distinguer la société officielle basée sur le principe de soumission et la société fraternelle des hommes.

 

A vingt ans, j'étais, comme de nombreux jeunes gens d'aujourd'hui, révolté par la saloperie ambiante, qui depuis n'a fait qu'empirer : tout est à vendre au plus offrant, tout est à prendre, à salir, à abaisser, à violer. Qui refuse de se livrer est écrasé.

 

Cela, c'est le fruit du schéma directeur qui mène le monde depuis les temps immémoriaux : la loi du plus fort. La force étant comprise comme amoralité totale. "La fin justifie les moyens" est la devise évidente de ce monde.

 

Contre cette société, toutes les révoltes sont permises et nécessairement justes. Voler les voleurs, mentir aux menteurs est juste. Pas forcément plus juste, ou autant, que décider de ne pas voler ni mentir, mais juste.

 

La société du mensonge, du vol et de la force est nécessairement policière, et ne doit sa survie qu'à son impitoyable brutalité. En tant que telle, et quels que soient ses masques religieux, idéologiques ou romantiques, c'est un univers archaïque qui n'a pour avenir que la disparition et l'oubli. 

 

Aujourd'hui, le mieux que je puisse faire est de vivre dedans, comme on traverse une odeur pestilentielle, un lieu grouillant de vermine, en retenant ma respiration jusqu'à la prochaine porte.

 

Si le système est infect, les gens qui le composent, le subissent ou le perpétuent en toute bonne foi n'ont rien de méprisable. A des degrés divers, comme moi, ils en sont les victimes. S'ils se soumettent, c'est qu'ils n'ont pas encore trouvé d'autre moyen de subsister, physiquement, psychiquement.

 

Haïr, mépriser le système, et aimer les hommes, telle est la voie. Il importe de ne pas confondre. Mépriser et haïr les hommes, c'est tourner le dos à la lumière.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans aromates
commenter cet article

commentaires

Ludovic 14/10/2011 02:13


"vivre dedans, comme on traverse une odeur pestilentielle, un lieu grouillant de vermine, en retenant ma respiration jusqu'à la prochaine porte."

On n'arrive jamais dans un endroit par pur hasard.


Vieux Jade 14/10/2011 08:57



Oh, certes, on a certainement des choses à voir et à faire ici. Comme un vidangeur dans une fosse sceptique. Mais de là à aimer l'odeur, il y a loin.



Narf 13/10/2011 20:47


S'aimer soi-même, avoir de la compassion pour ceux qui nous abjectent, sans cesse revenir ou tendre à revenir au point zéro dont vous parliez hier( la famille, les proches, les amis, le boulot, là
où on peut agir en prise directe, ça aide), lutter, résister, penser, créer, dépasser nos propres hallucinations... quel voyage! Que c'est dur! Sans relâche! Faire confiance à la vie magré tout? Si
nous vivons cela, c'est que, quelquepart, c'est "naturel"?

Les charognards qui débarquent en Libye, les infos entendues à la radio, Obama qui commence à menacer l'Iran, me dégoûtent... bah, qui suis-je et qu'ai-je fait, moi, pour me permettre de juger? Ne
pas juger. Ressentir et encore s'aimer, et encore aimer, malgré tout.

Et lire Vieux Jade, oui, ça aide... Merci.


Vieux Jade 14/10/2011 08:55



C'est difficile de garder le cap dans cette tempête d'informations contradictoire. Le seul moyen d'y parvenir est de se centrer, et on peut tous s'aider à rester centrés.



nedallen 13/10/2011 20:42


Je suis en train (pause repas !) de visionner ces 2 heures de video. Ce qui s'y verbalise est époustouflant et pourtant j'en connais déjà une "bonne" partie !
ça vaut VRAIMENT le coup d'y "perdre" 2 heures c'est plus qu'une synthèse c'est moyen d'aujourd'hui de (se) remettre en cause nos façons de voir et de croire.
Une vrai "leçon" de sauvetage.
Que chacun vois et entends selon ses possibilités mais croyez moi (ou non !) c'est de votre sauvegarde qu'il s'agit et celle de vos proches ...


Vieux Jade 14/10/2011 08:54



Préparer l'arche...



Cassandre 13/10/2011 13:11


Bonjour Vieux Jade,

J'avoue, ce matin, j'ai lu le billet et je me suis dit "bon, rien de nouveau sous le soleil. Vieux Jade, comme nous tous, vomit sur ce monde et cette colère, je ne la connais que trop bien. Elle
m'envahit, me fait hurler quand j'entends les infos. Un exemple parmi tant d'autres : Le gvt propose d'évaluer, dès la fin de la maternelle, les enfants, ... Pourquoi pas les tatouer, les pucer,
les robotiser ? Avant, nous avions les fées qui se penchaient sur notre berceau, maintenant nous avons une armée de c..s qui veulent nous évaluer, nous enfermer sous prétexte de prévenir la
délinquance, de repérer les soit disant inadaptés. Faut-il que les parents d'aujourd'hui soient mous ou sans amour pour ne réagir - ou si peu - à cette proposition ?
Et aussi, un maire qui édite un arrêté contre les pauvres fouillant dans les poubelles à la recherche de nourriture. Paf, 38 € d'amende. Supprimons lui son salaire, mettons le à la diète quelques
jours et ensuite on pourra reparler sereinement.
Bref, ce vieux monde me met en colère, sans cesse et sans relâche. Mais à quoi bon, me dis je ? A quoi bon user mon énergie contre ?

Trop de confusion, de mensonges, de manipulations, d'injustices.

Je me rappelle, une époque, pas si lointaine - ma jeunesse - où on savait que toutes les religions mènent à Dieu, peu importe le chemin du moment que la rencontre se fait. Les religions ne sont
qu'en fonction du contexte, social, culturel, historique ... Juste une voie vers. Juste une porte, l'ouverture, la recherche.
Et aujourd'hui les religions envahissent à nouveau notre quotidien, Mais dans ce qu'elles ont de plus dogmatiques, de plus intolérantes. L'islam, le voile, l'église catholique, et son éternel "les
hommes se sont éloignés de Dieu et sont de pauvres pêcheurs. Honte à eux"; Mais en même temps, qu'apprends je ? Que l'église est, elle aussi, sous la domination de satan. Du pur délire qui mène
droit au fanatisme.
Et puis, en faisant quelques recherches sur internet, j'ai trouvé ce texte de P. Giani, astrologue, sur la fin du calendrier maya et les différents aspects planétaires jusqu'en 2026, je crois.
http://www.jupitair.org/astrologie.htm

Il écrit sur certains aspects planétaires - pluton, ce fameux dieu des abimes, de l'enfer - et nous invite à lâcher le passé pour aller vers une société plus juste, plus fraternelle. Bien sur, ça
ne se fera pas en un an. Peut être 10, peut être 20... Une génération, surement. N'a t'on pas vécu déjà des périodes d'obscurantisme profond ? Certaines périodes du moyen age, la fin de l'empire
romain...

Mais, tout cela pour dire que je n'en ai retenu qu'une phrase, une seule de Pierre Teilhard de Chardin :
“Nous ne sommes pas des êtres humains en recherche d’une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels vivant l’expérience humaine".

A nous d'en être conscient et à nous de faire nos choix.

Bonne journée


Vieux Jade 13/10/2011 16:32



Pourtant les "maîtres du monde" semblent avoir une vision très pragmatique, matérialiste et pas du tout "spirituelle" de l'aventure :


http://agentssanssecret.blogspot.com/2011/10/revelations-chocs-sur-le-sombre-avenir.html


 



la bulle 13/10/2011 08:56


merci V J .Un petit coup de lumiere de temps en temps ça me fait du bien.


Vieux Jade 13/10/2011 16:29



:)



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.