Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 18:33

20041121_964_Psilocybe_semilanceata_UK-_October_2004-_photo.jpg

Image trouvée là. 

 

J'ai récemment lu un livre tout à fait percutant, publié en 1999 par Terra Magna,mais hélas épuisé : La Nourriture des Dieux, en quête de l'arbre de la connaissance originelle. La thèse de McKenna, étayée par une intime connaissance des plantes "sacrées" et l'archéologie, est que l'humanité s'est différenciée des animaux parce que la consommation de plantes de pouvoir lui ont apporté la curiosité, l'introspection, et par là la connaissance. Selon lui, l'impasse démentielle dans laquelle notre monde est coincé est dû à l'abandon de cette "divine connexion". J'ai l'intention de publier certaines des bonnes pages de ce livre, dans l'espoir d'une réédition.

Il va de soi que ce blog ne fait en aucune manière la promotion de substances prohibées, même si les raisons de la prohibition sont absolument stupides : la peur que l'humanité devienne enfin consciente de son enfermement. 

 

"Dans ses manifestations paroxystiques, le chamanisme n'est pas simplement religion, mais connexion dynamique avec la totalité vivante de la planète. Partant du principe que les hallucinogènes agissent dans l'environnement naturel comme des messagers moléculaires, ou exophéromones, nous pouvons en conclure que la relation entre les primates et les plantes est un transfert d'informations d'une espèce à l'autre. La domestication des animaux par les hominidés a été bénéfique aux champignons, puisqu'elle a entraîné l'extension de leur niche écologique. En l'absence de plantes hallucinogènes, le développement culturel d'une société, quand il a lieu, procède très lentement. En revanche, nous avons constaté qu'en présence d'hallucinogènes, une culture donnée gagne accès à des informations, des apports sensoriels et des schémas comportementaux sans cesse renouvelés, qui la pousse constamment vers des niveaux d'introspection plus élevée. Les chamans représentent l'avant-garde de cette procession de cette progression créative.

 

Voyons plus précisément comment ces catalyseurs végétaux de la prise de conscience ont pu jouer un rôle dans l'apparition de la culture de leur religion. Quel a été l'effet de ces pratiques de l'intrusion dans l'ordre naturel d'hominidés parlants, pensant, et cependant drogués ? Je suis d'avis que les psychédéliques naturels ont été des agents de féminisation : ils ont tempéré et civilisé les valeurs égocentriques du chasseur solitaire par des préoccupations féminines concernant la progéniture et la survie collective. L'exposition prolongée et répétée à l'expérience psychédélique et l'irruption de l'Autre Absolu dans la réalité ordinaire, à travers le rituel de l'extase hallucinatoire, érodaient constamment la partie du psychisme humain qu'on appelle actuellement l’ego. Quel qu’ait été le lieu où l'époque de son apparition, l’ego a agi comme une tumeur solide ou une obstruction dans le flux énergétique de la psyché. L'usage de plantes psychédéliques dans le contexte de l'initiation chamanique a provoqué, et provoque toujours, la dissolution de la structure complexe de l’ego en un ensemble indifférencié de sentiments, que la philosophie orientale appelle le Tao. La dissolution de la de l'identité individuelle dans le Tao est le but ultime d'une grande part de la pensée orientale ; cette dissolution a traditionnellement été reconnue comme la clé de la santé et de l'équilibre psychologique, tant collectif qu'individuelle. Pour mesurer la portée du dilemme de l'homme moderne il faut être à même d'évaluer, pour nous en tant qu'humain, la signification de la perte du Tao : une rupture collective de notre connexion à la Terre.

 

Nous autres occidentaux avons hérité d'une intelligence du monde très différente. La déconnexion du Tao a notablement différencié le développement psychologique de la civilisation occidentale de celui de la civilisation orientale. En Occident, la civilisation s'est constamment focalisée sur l’ego et sur le Dieu de l’ego : l'idéal monothéiste. Le monothéisme est un exemple manifeste de projection sur un idéal divin d'une personnalité essentiellement pathologique : la personnalité de l’ego mâle, paranoïaque, possessif et obnubilé par le pouvoir. Pas vraiment le genre de personnes que l'on aurait plaisir à inviter chez soi. Il est également intéressant de remarquer que le dieu conçu par l'Occident possède la caractéristique unique de n'avoir, sur toute l'étendue de son mythe théologique, aucune relation avec une femme. Dans l'ancienne Babylone, Anu formait un couple avec sa compagne Inanna ; la religion grecque assignait à Zeus une femme et des filles, ainsi que de nombreuses conquêtes féminines. Ces couples divins étaient de mise ; seul le dieu de l'Occident n'a ni mère, ni sœur, ni compagne ni fille.

 

L'hindouisme et le bouddhisme ont gardé le souvenir de ces techniques extatiques traditionnelles faisant recours aux « herbes de lumière », comme l'attestent les Sutras yogiques de Patanjali. De plus, les rituels de ces grandes religions accordent une grande place à l'expression et à la valorisation du féminin. Il est regrettable que la tradition occidentale ait si longtemps souffert d'une rupture socio-symbiotique avec le féminin et les mystères de la vie organique, dimension pourtant accessible par l'usage chamanique des plantes hallucinogènes.

 

La religion occidentale moderne se compose d'une série de schémas sociaux, fondés chacun sur une angoisse particulière est axé sur une structure morale et une conception du devoir très spécifique. L'expérience religieuse moderne est rarement un acte de distanciation face à l’ego (…).

 

Le triomphe généralisé des valeurs occidentales à condamné l'espèce humaine à errer dans un état de névrose prolongée, engendrée par sa déconnexion d'avec l'inconscient. L'accès à l'inconscient par l'usage d'hallucinogènes végétaux rétablit notre lien originel avec la planète vivante. Cet éloignement vis-à-vis de la nature et de l'inconscient a pris racine il y environ deux mille ans, lorsque l'humanité est passée de l’âge du Grand Dieu Pan à celui des Poissons avec la suppression des mystères païens et l'apparition du christianisme. Le glissement psychologique qui en a découlé à plonger des Européens comme stupéfiés dans deux millénaires de religion maniaque, de persécutions, de guerre, de matérialisme et de rationalisme (…).

 

La tendance de la psyché à former un tout autonome est, jusqu'à un certain degré, instinctive, elle peut cependant devenir pathologique si elle empêche toute dissolution des frontières et toute redécouverte des fondements de l’être. Le monothéisme a été porteur du modèle dominateur, un modèle apollinien du moi, solaire et global dans son expression masculine. Dans cette configuration pathologique par son unicité, la valeur et la puissance de l'émotion et du monde naturel sont dépréciées et remplacées par la fascination narcissique pour l'abstrait et le métaphysique. Cette attitude psychologique s'est révélée à double tranchant : elle a conféré à la science son pouvoir explicatif, mais aussi son potentiel de dégénérescence morale".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

franck 08/12/2011 11:01

bonjour,

je cherche a acheter la nourriture des dieux de mckenna d'occasion...

connaissez vous un endroit ou je peux acheter ce livre ?

merci

Vieux Jade 08/12/2011 11:31



Il est épuisé, mais on le trouve apparemment ici : http://www.hempzone.ch/librairie/tous.php


On doit pouvoir le télécharger ici : http://findebookee.com/l/la-nourriture-des-dieux-terence-mckenna


Mais je n'ai pas trouvé de livre d'occasion. Bonne journée.



LLéa 25/01/2011 22:16


Hello,


Question de dosage et de limite.

les médicaments vendus pas les grandes firmes pharmaceutiques sont tout aussi nocifs.
Combien le Champix a t'il provoqué de suicides?
Et les autres dont nous avons connaissances aujourd'hui?

Quant aux plantes hallucinogènes pour se connecter au Divin, les humains font ce qu'ils veulent, mais ne vaudrait il pas mieux se connecter a ses frères, ses soeurs, vraiment ...

Je bafouille ... j'ai trop fumé! :)))


Bonne soirée, Léa.


Vieux Jade 26/01/2011 07:37



Dosage, limite, mais intention surtout. L'intention des indiens n'est pas celle des punks. La feuille de coca toujours utilisée par les indiens n'a aucun effet nocif, mais la cocaine rend fou. La
plante est saine, mais l'homme moderne l'a transformée en poison. Comme presque tout ce qu'il touche. La source du "mal" est bien dans l'homme, et dans son intention.



Miche 25/01/2011 04:48


La nature c'est le corps, et nous avons expérimenté la séparation corps et esprit...

Maintenant, il nous faut redécouvrir, avec cet esprit devenu, la puissance du lien en tout...

Il n'est pas besoin d'utiliser des "drogues" pour cela, ce n'est pas un jugement moral, juste ce que je constate.

Toute forme de recherche sincère d'autrui, éclaire notre propre cheminement.
C'est vraiment intéressant ce qui se dit là.


Vieux Jade 25/01/2011 07:21



Non, les plantes ou quelque substance que ce soit ne sont pas indispensables. Simplement la thèse de McKenna (et son livre est limpide) dit que c'est la rencontre des plantes magiques, avec la
DMT qu'elles contiennent et des hommes, naturellement producteurs de DMT qui a fait évoluer l'espèce. Il y apporte d'assez nombreux éléments archéologiques.


Mais il existe une foule de techniques substitutives (danse, trans, hyperventilation) qui ont le même effet, en moindre, et puis certains états spontanés, comme beaucoup de gens en ont connu.



Marc 25/01/2011 02:10


Le point zéro ( time wave zero) est une théorie de Terrence sur laquelle il vaut le coup de se pencher ...
amicalement


Vieux Jade 25/01/2011 07:15



Point vu encore. J'ai entendu Jacqueline Bousquet parler du "point zero" mais j'ignore s'il s'agit de la même chose ??



Narf 24/01/2011 20:56


J'ai du mal à suivre mais tant pis... j'écris ce qui me passe par la tête...
Ouf! Heureusement que Freud a inventé la psychanalyse ( clin d'oeil à Ibara s'il passe par là!) et posé quelques jalons, quelques bases, de théorie et de recherche ( c'est pas fini hein?) pour
redonner à l'inconscient et aux émotions leurs places déterminantes dans la construction et le développement de la personnalité, ainsi que dans les relations et la communication avec les
autres.
Bon vous me direz que comme Huxley, Freud a bien usé de drogues (cocaïne) pour des raisons de santé et de recherche, et aussi je crois quand il avait trop mal à cause de son cancer du larynx. Et il
a dit aussi (je radote, je sais) que la vie n'est pas supportable sans drogue... ( Bizarre! ça tombe souvent un lundi!?).

A mon humble avis, ce n'est pas le monothéisme qui a inventé le désir de puissance, de guerre, d'hégémonie...
Cela existait bien avant... Que le discours politique et les puissances économiques s'auréolent de cause religieuse,
pour étendre son pouvoir en occident, sûrement! Ce n'est qu'une récupération, comme toutes les guerres menées soit disant au nom d'une idée religieuse.
Même Bush a osé instaurer un dimanche de prière pour les soldats engagés en Irak. Choquant! Vraiment choquant! Voilà ce qu'il proposait aux américains en plein guerre!
Et personne n'a bougé. Est-ce de ce Dieu là dont parle votre auteur?

Bon j'attends la suite de ce livre avec curiosité. Merci Vieux Jade!


Vieux Jade 25/01/2011 07:11



A priori, (mais il y a tant de défintions possibles) une drogue asservit et enferme. Les "plantes de pouvoir" ne créent pas d'accoutumance mais ouvrent "les portes de la perception", pour
reprendre la terminologie d'Huxley.


La thèse de McKenna, que je retrouve sous une autre formulation sans "Surnaturel" de Graham Hancock (merci à Hélios, c'est très intéressant), c'est que la symbiose (je crois que c'est le mot
juste) homme-plante magique a modifié les perceptions de l'homme sur lui-même et le monde et a donc changé le monde. Puis les hommes ont coupé ce cordon pour créer le monde actuel, basé non plus
sur l'empathie (femelle) mais sur la domination (mâle).



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.