Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 13:13

J’ai commis à deux reprises, sous la pression de certains clients, l’erreur de m’affilier à des réseaux dits sociaux. A peine le bout du doigt mis dedans, que j’ai fait aussitôt demi-tour.

 

Mais ces gens, ce système poisseux me poursuivent. J’ai balancé les deux trucs dans les spams, mais ce matin encore, l’un a franchi la limite : VJ, connaissez-vous Machin ?

 

Non, je ne le connais pas. J’ai déjà du mal à me connaître moi-même, et ça me semble bien plus important. Alors Machin, j’ai bossé pour lui une fois, je ne sais même pas si je le reconnaîtrais. Aux chiottes, Machin. Indésirable.

 

Et qu’est-ce que ça peut te foutre, stupide machine ? T’es de la police ?

 

Oui, sûrement. L’œil qui prétend tout voir. Alors vois que tes manigances et tes façons d’employer un mot pour un autre : connaître, c’est tellement énorme que toi, spécialement, machine, et ce qui va avec, ne me connaîtrez jamais. Saurez tout de moi, oui, à force de m’espionner. D’autant que je ne cache rien. Mais pénétrer mon intimité, le Saint des Saints ?

 

Voilà la pression mise sur le plongeur en les eaux troubles de ce monde.

 

T’es qui ? Tu veux quoi ? Regarde ici, écoute ça. Choisis. Exprime-toi. Implique toi. Change le monde. Vote. Bouge toi. Il y a quelques années, le maire de ma commune est passé, pour me proposer d’être conseiller municipal. Vous serez le prochain maire, m’a-t-il dit. Vraiment ? Déjà que je n’avais pas la moindre envie d’aller entendre des âneries et des trivialités sur l’entretien des chemins et les fonds de culotte de pierre et paul, là, tu me la coupes. J’ai poliment renvoyé l’homme à ses affaires.

 

Parce que, plus que la police, c’est la Polis qui nous veut. Réseau, c’est filet, bien sûr. Te prendre, te ficeler dans la res publica. Alors que la res unica est le seul but vers lequel je tends.

 

Polis, c'est cette racine PL qui sous-tend les mots pool, plein, foule, full, qui désigne ce qui a horreur du vide, de la vacuité, du silence et de l'abandon. Un truc qui te veut, qui veut te garder en son sein, un groupe qui préférera te tuer que te laisser t'émanciper. Mère castratrice. 

 

Bien sûr, qu’il faut être dans ce monde. S’occuper des autres et de leurs besoins. De nous, et de nos besoins. Mais en devenir la proie ?

 

C’est là qu’une expression comme « chevaucher le tigre » prend son sens. On dirait aujourd’hui « surfer sur la vague ». Demeurer en contact avec l’énergie de l’existence, ne pas s’y faire broyer.

 

Si on me demande : t’es de la polis ? Je répondrai : ma polis n’est pas de ce monde. Allez chercher ailleurs.

 

Foutez-moi ce qui vous est étranger : la paix.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans compost
commenter cet article

commentaires

LLéa 01/12/2013 14:03


:)


 


Merci Jade.Merci a tous, toutes,


 


Filet? N'y a t'il pas des mailles? Pour passer entre?


 


Bisous,


 



Vieux Jade 01/12/2013 14:11



L'histoire du chameau et du chas de l'aiguille...



Elena 01/12/2013 11:40


J'ai deux machines, l'une (vieux portable de poche) ça n'a pas marché "firefox n'a pu être installé car il n'est pas compatible avec firefox 13.01.1"


Mais sur l'autre, plus récente, les pub ont disparus des blogs, ouf !


 


Merci merci merci !!!


 


 


 

Elena 01/12/2013 10:59


Testé et à tester sans hésiter donc, merci à toi Ned pour la re-lecture


Bien sûr,


:)


 


 

Ned 01/12/2013 10:27


Sans hésiter bien sûr , (faute de re-lecture du dimanche matin)

Ned 01/12/2013 10:25


Adblock ? depuis plusieurs années c'est gratuit ça marche tout seul et je ne sais pas ce que c'est que les pUB  sauf des fois une ligne ou c'est écrit Publicité !


Sans hésité à installer sur son Ordi (avec AVAST  gratuit aussi)  https://adblockplus.org


 

Vieux Jade 01/12/2013 14:13



J'avais pas tout compris, en répondant ce matin. Il y a des pubs qui jaillissent ici et là ? Et l'ami de Tintin, le fameux capitaine Adblock leur court sus en les apostrophant : bachi bouzouks,
etc ?


Alors faut pas hésiter une seconde. Foi de Milou, suivez le capitaine Adblock !



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.