Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2012 6 04 /08 /août /2012 14:03

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  J'ai du être curé dans une autre vie. Je n'ai pas pu m'empêcher d'écrire un sermon. Le voici :

 

Evangile de Jean, chapitre 2 :

 

13 Comme la Pâque des Juifs approchait, Jésus monta à Jérusalem.

14 Il trouva installés dans le Temple les marchands de boeufs, de brebis et de colombes, et les changeurs.

15 Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple ainsi que leurs brebis et leurs boeufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs,

16 et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d'ici. Ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. »

17 Ses disciples se rappelèrent cette parole de l'Écriture : L'amour de ta maison fera mon tourment.

18 Les Juifs l'interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour justifier ce que tu fais là ? »

19 Jésus leur répondit : « Détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai. »

20 Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce Temple, et toi, en trois jours tu le relèverais ! »

21 Mais le Temple dont il parlait, c'était son corps.

 

Plusieurs remarques quant à ce texte :

 

D’abord, la colère du Christ. L’homme qui a parlé de paix et d’amour tout au long de son temps a saisi un fouet de cordes, jeté bas l’or et renversé les tables. On en parle rarement, car ça casse l'image lénifiante de l'esclave crucifié. 

 

Je reviendrai un autre jour sur un sujet passionnant, les sept « péchés capitaux », dont j’ai vu récemment à Bruges avec Mme Yog une illustration éblouissante par James Ensor, mais ici la colère, l’énorme colère qu’exprime le Christ, qui le mène à la révolte physique et à l'altercation n’est pas un « péché », c'est-à-dire en français un obstacle à la réalisation du Soi.

 

Non, c’est le Soi qui exerce une violence légitime contre des comportements inappropriés. Une division – une de plus – a opposé dans les années 60 les catholiques, certains adeptes de la " théologie de la libération ", d’autres d’un salut dans un au-delà temporel.

 

Mais comment peut-on imaginer une libération intérieure si l’on accepte passivement, benoîtement toutes les horreurs injustifiables que présente le monde ? Les deux sont indissolublement liés. A tel point que renverser les royaumes pourris n’est rien si notre cœur est envieux, sale et corrompu. Mais d'autre part, prétendre avoir le coeur en paix lorsque les porcs dévorent les faibles est inconcevable.

 

Haïr la domination américaine et lapider les femmes « adultères » est la preuve d’une sottise immense, puisque la violence est reine partout. S’asseoir sur les peuples pour jouir de son pouvoir masturbatoire est le signe d’une profonde débilité, puisque l’unique jouissance sans limites est dans la communion de toutes les âmes.

 

Le Christ est en colère, je suis en colère, vous êtes en colère, la Terre, le Ciel, tous les êtres sont en colère parce que cette colère est de l’amour trop longtemps retenu. Cette colère ne manque pas la cible, non, elle est l’archer, la flèche et la cible. C'est la colère sacrée, vecteur de l'infini.

 

Exprimez votre colère, lorsqu’elle ne provient pas de vos rancoeurs naphtalinées. Exprimez votre colère, lorsque le monde est immonde. Car nul n’a le droit de le souiller ni de se l' approprier. Mais votre colère ne sera juste que si votre cœur est juste. La colère est le feu qui brûle les ordures et scories.

 

Deuxième point : l’arme choisie par le Christ est un fouet de cordes. C'est un point auquel nul à ma connaissance n'a prêté attention. Qu’est-ce qu’une corde ? Une onde. Un fouet de cordes, il est possible que ce soit un rayonnement. Que feriez-vous, si vous étiez changeurs, occupés à vendre la vie dans son propre sanctuaire, et que vous voyiez arriver un homme en colère ? Vous vous réfugieriez derrière un obstacle quelconque. Chemtrails, par exemple, tunnels, bouclier des étoiles.

 

Le Christ symbolise d’un point de vue cosmique le Soleil. Il est d'ailleurs appelé : Soleil de Justice. Comme Hélios et Ferlimpinpin, soyez attentifs au soleil et à ses colères.

 

Troisièmement, le Temple est reconstruit en trois jours. Ça rappelle la « Terre nouvelle » et les « Cieux nouveaux ». Après la dévastation qui jette à terre tous les trafics, y compris ceux que nous menons tous en nos propres cœurs, le Temple est remis à neuf, en un clin d'oeil. Impossible ?

 

Rendez-vous pour en discuter après coup. Si on est encore là, j'offre ma tournée. 

 

 

Texte publié le 14 juillet 2010.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans 2ème service
commenter cet article

commentaires

LLéa 06/08/2012 01:30


Coucou,


 


Colère: folie temporaire, nuisible et dangereuse. Il n'y a pas de colère juste, sauf celle qui est dirigée contre les démons; les autres (colères) sont contre nature; car "pour ceux qui font
preuve de toute douceur envers tous les hommes" (Tite 3, 2) se mettre en colère est contre nature.


 


Considérez les occasions où votre chagrin et votre colère vous ont causé plus de souffrances que les faits eux-mêmes. 


 Marc-Aurèle


 


;) 

Vieux Jade 06/08/2012 16:28



Moi, je suis d'accord avec Marek Halter : " La colère est la non-acceptation de l’inacceptable. "


Trafiquer les êtres humains, les animaux, la Terre, torturer et rire du malheur qu'on inflige, cela soulève ma colère.



roro 04/08/2012 17:48


 


le Couillon qui bénis les canons en Espagne et imprime des billets de Banques et se ridiculise en faisant croire les imbécilles en un DIEU ,ha ha ha ,J'adore...

Madeleine 04/08/2012 16:29


Tu remarqueras que c'est précisément aux "marchands de colombes" que Jésus s'adresse. Or la colombe, midrashiquement parlant, c'est l'Esprit. Donc cela veut dire que Jésus dit aux "marchands
d'Esprit" de ne pas faire de la maison de son Père (= Temple, Eglise, prêtrise en général) un lieu où ces gens vendent l'Esprit. Certains gourous pourraient bien en prendre de la graine: l'Esprit
se donne, Il ne se vend pas. Sans l'Esprit, ces gourous ne seraient que des singes...

Madeleine

Ps: tes musiques sont très belles, merci!


 

Vieux Jade 05/08/2012 20:14



Traficants de "sagesse", oui. Mais si la Nature est le réceptacle de l'Esprit, tout trafic est pourriture. Tout devrait être gratuit.


Comme ces gens qui nous donnent ces magnifiques musiques.



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.