Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 10:03

Il y a un sujet que je n'ai jamais osé aborder, et sur lequel je m'aventure avec la chair de poule, tant il est horrible à la sensibilité humaine. A son propos, je ne sais rien de source sûre, directe. Comme tout le monde, j'entends, je lis des témoignages, des nouvelles, et tout cela me révulse.

 

Je veux parler de cette honte qui monte, qui remonte des temps, surgit de l'ombre où elle était tenue soigneusement cachée. Ceux qui l'ont ainsi dissimulée n'ont jamais hésité à ajouter l'horreur à l'horreur, en liquidant impitoyablement toute personne qui a eu le malheur, le courage, ou l'inconscience de constituer à leurs yeux fous un obstacle.

 

Je veux parler d'une horreur telle que ma nature humaine se soulève, mes poils se dressent, je veux parler de ce que j'aurais estimé incroyable il y a quelques années encore.

 

Je veux parler des meurtres d'enfants. Des enlèvements d'enfants. Du viol d'enfants. De centaines de milliers d'enfants. J'avais lu l'histoire de Gilles de Rais à quinze ans, et d'Erszébet Bathory, mais dans ma naïveté je croyais que ces histoires de monstres appartenaient plus ou moins au passé, ou qu'elles étaient rares.

 

Et pourtant. Chaque jour exhume de nouvelles preuves, de nouveaux cadavres.

 

Si vous vous souvenez de l'interviou de Marie Laforêt, sans doute pouvez-vous faire le lien entre cette organisation titanesque dont elle parle et ces réseaux entrecroisés de services secrets, de chapelles satanistes, d'églises officielles et de mafias.

 

Moi, je voudrais aller un peu plus loin. Tenter de répondre à cette question que je me posais. Où est la Vie ?

 

En nous, bien sûr, où elle se sclérose jusqu'au point que bientôt nous n'agissons plus, nous réagissons comme de parfaites machines. Mais avant ? Avant cette sclérose, cet endurcissement du coeur, cet aveuglement, cette surdité, nous étions vivants, entièrement vivants.

 

C'est ce que savent les créatures qui gèrent nos troupeaux. Ce sont des hommes, bien sûr, ou des loups à apparence humaine qui font le boulot, gardent les portes, égorgent les témoins, appâtent et fournissent la table de leurs maîtres. Pour cela, ils sont payés comme les égorgeurs qu'ils sont, en cendres et en or. Mais ils ne sont que des paravents, des soudards, de la menue vermine facile à remplacer.

 

Mais qui se trouve derrière ? Qui a sans cesse besoin de sang frais, comme Gilles de Rais qui arrachait à  pleines mains les tripes des enfants qu'il enculait en écoutant les voix célestes de sa chorale privée, ou Bathory, qui faisait égorger et éventrer des jeunes paysannes dans une cage de fer, au dessus de la fosse où elle se roulait nue ?

 

Qui, de quelle nature, de quelle dimension, élève les hommes comme du bétail pour en traire le suc le plus tendre, les enfants ?

 

Les anciens shivaïtes le savaient bien, qui désignaient l'humanité comme l'un des troupeaux de Pashu Pati, le propriétaire de "ceux qui ont la peau épaisse".

 

Il y a ici, ou sur une dimension communicante des êtres qui nous sont profondément néfastes, qui se nourrissent de nos enfants. Des milliers, des centaines de milliers par an. Ça commence juste à se savoir. Ou plutôt, on commence à faire le lien entre ces abominations qui commencent à transparaître et de vieilles légendes, de vieilles histoires, jusque là habilement tenues pour des superstitions.

 

Tout le monde a trempé dedans, tout le monde y trempe, tous les puissants du monde le savent et probablement servent cette entreprise, car tous les appareils politiques à un certain degré d'obscurité ont le même maître, dont l'unique but est de continuer à prospérer sur notre monde, comme une énorme tique sur le cou d'un taureau.

 

A ce point, après ce constat peu agréable, beaucoup moins joli que les images des magazines, je ne sais plus que dire ni que faire.

 

Simplement cette certitude qui se situe physiquement vers le milieu de ma poitrine : la Lumière n'est pas bonne du tout pour cette ordure multimillénaire. Et la Lumière viendra tôt ou tard.

 

Mais, rien n'étant jamais certain, et le travail consistant justement à se défier de tout, et surtout des certitudes, on ne doit pas exclure que cette espérance ne soit peut-être que le fluide opiacé d'un implant mis là par le malin vétérinaire qui veille sur le calme du cheptel.

 

Rien de rassurant. Surtout, ne pas dormir, si c'est possible.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans extrême
commenter cet article

commentaires

marilou 02/03/2013 21:03


Oui bien sûr..., merci V.J !


Certainement trop d'émotions en lisant les témoignages dans ces affaires...


Du coup, je n'ai même pas vu les fautes d'orthographe, exciuz-mi !


Bye Bon dimanche !

marilou 02/03/2013 09:32


Bonjour VJ. et Claire VJ


Avoir le courage d'écouter et lire toutes ces histoires horribles, oui...,


A l'époque des procès Dutroux, puis du réseau d'Outreau, je trouvais çà très très bizarre, on nous mélangeait tout, curieux les juges etc...enfin...c'était horrible, très moche ! 


A cette époque, je ne savais pas tout de ces réseaux, et j'avais eu des visions cauchemardesques d'enfants et jeune filles qu'on kidnappés ! c'est avec le recul que j'ai compris qu'ON M'amenait
dans les strates pour que je vois enfin le côté noir d'ici bas, et encore plus bas dans la matrice.


D'ailleurs c'est pas terminé... Par exemple pour Outreau, il y a un film et un livre prochainement en mars...


Dans tous les pays il y a des affaires de ce style, sans compter sur les petits orphelins, de toutes races, les Indiens, les Haïtiens etc...


Les disparitions et morts mystérieuses de ceux qui s'en approchent de trop près...


Ceux qui violent les femmes mais qui récupèrent les enfants qui vont dans des endroits cachés, pour faire un genre d'Elite, ou des soldats, vaste programme !


Il y a les réseaux sataniques, des religieux, ceux des financiers, du gouvernement, du show biz....etc... et dans les propres familles de ces enfants, les propres parents qui les violent ou/et
qui les prostituent pour des notables !


Je lis en ce moment sur "le réseau pédophile d'Anvers", 66 accusés, 27 enfants abusés ?quelle histoire encore ! c'est juste après Outreau..si vous connaissez pas :


http://www.pedopolis.com/pages/sous-pages-reportages/le-reseau-pedophile-d-angers.html


On se sent si petit pour faire quelque chose..., Si çà craint, faut faire sauter cette page !


Ensuite j'ai du mal à trouvé le beau côté des CHoses !


A+ Amicalement


 


 

Vieux Jade 02/03/2013 14:04



Si le monde n'avait qu'une face sombre, nous n'aurions même pas conscience que la lumière existe. Et vice versa. La conscience est ce qui nait quand on marche sur le sentier mouvant qui passe
entre les deux, à la limite. D'un point de vue mythologique, c'est entre Charybde et Scylla, la voie étroite, le pont de Bifrost, l'arc en ciel entre eau et feu, etc.



claire ta fille 01/03/2013 19:14


J'ai la gorge nouée mais c'est bien d'en parler, il le faut!! Etre conscient de ces horreurs et ne pas les ignorer

Vieux Jade 01/03/2013 20:46



Flagrant délit de lecture du blog de son papa ?  :)


La vie est comme les montagnes russes, Claire : des hauts et des bas. Des horreurs, et des choses magnifiques. La conscience, c'est bien. Mieux : se souvenir en haut qu'il y a un en bas, et,
en bas, au fond du gouffre, qu'il y a un en-haut. C'est très difficile, mais c'est possible, et surtout, c'est ce qui approche le plus la vérité.



Miche 25/02/2013 05:37


Le premier réflexe est de se dire que ces monstruosités ne nous concernent pas, et de
fait nous ne pourrions pas faire cela, quelque chose de sain persiste et signe en nous cette impossibilité.


Pourtant, elle existe cette barbarie sans nom, produite par notre espèce.


Alors, à coup sûr, il faut se poser la question : « comment cela est-il
possible ? ».


Que connaissons de nos modes de fonctionnement, tant en nous, que dans notre
relation à l’autre, au monde ?


Je pense que ces actes, paroxysme de la folie humaine, trouvent leur origine dans
l’ignorance des mécanismes qui nous font.


Ignorance, entretenue par le système et ses spécialistes, ignorance consentie quand
nous ne voulons pas savoir….


Oui, votre formule est juste, Vieux Jade,  quand nous préférons
dormir !


 


Surtout pas la sauter, cette page !

Vieux Jade 25/02/2013 07:51



C'est le produit de l'ignorance et de l'orgueil, oui. Bises sur votre île.



Marilou 24/02/2013 00:27


Bonsoir !


Merci à vous qui en parlez sur vos sites...


..."SURTOUT NE PAS DORMIR !" 


En tout cas, ce sujet... parmi d'autres, il y a quelques années est une des prises de conscience qui m'a fait perdre le sommeil...


J'ai vérifié, regroupé, lu aussi, un peu partout, croyant que c'était faux ou bien trop  exagéré, mais je m'aperçois de plus en plus que c'était bien la réalité !


- comment dormir à poings fermés comme un bébé en sachant ce qu'il se passe ici bas...? 


Nous allons bien nettoyer dans le noyau..., mais il en sort toujours !


Ils se nourrissent de l'énergie pure des enfants et des adolescents ...


Bon, je vais essayer d'aller dormir !


Bises, à la prochaine...

Vieux Jade 24/02/2013 09:10



En Chine ancienne, et ailleurs sans doute, on considérait que le pays était prospère et sain quand le roi était juste. Les rois d'aujourd'hui étant des criminels, c'est peut-être quelque chose
comme l'inversion des pôles, c'est au peuple, à nous, des gens ici et là, de devenir justes pour que la Terre guérisse. De laver en nous. Nous ne pouvons pas faire grand chose de plus sauf, bien
sûr, continuer d'alerter, ne pas laisser le temps recouvrir ces horreurs, les garder visibles.



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.