Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 13:13

Une fois n'est pas coutume, je vais traiter un sujet social. Il y a trop longtemps que je constate que les prisons sont principalement peuplées de petits voyous, d'exécutants, d'hommes de mains, de revendeurs de saletés, d'escrocs mineurs, de prostitués, mais que les caïds, les proxénètes, les organisateurs, les chefs, bref la grande crapulerie prospère sans accrocs au détriment des plus faibles.

 

Quand ils ont purgé leur peine (on dit purgé parce qu'une peine, c'est laxatif; certains disent même que c'est chiant), ils regagnent la rue où ils n'ont d'autre choix que de se soumettre de nouveau à l'étau des bandes, à la hiérarchie du crime.   

 

C'est révoltant.

 

Ayant réfléchi à la question, soudain m'est apparue une solution que je livre à votre méditation. Si on cassait ce système moyenâgeux qui ne survit qu'au mépris du droit élémentaire de la personne humaine, pour y faire pénétrer enfin un peu de ce lumineux esprit français que la planète toute entière nous envie ?

 

Nous nous honorons en France d'avoir permis à une foule de gens qui jusque là trimaient dans l'ombre, sans que la collectivité ne puisse y apposer son fervent baiser fiscal, d'éclater au grand jour : Si Dieu créa le monde, Sarkozy inventa les auto-entrepreneurs.

 

Ce fut un succès.

 

Pourquoi ce qui fonctionne dans un cas, échouerait-il dans un autre ?

 

Voici pourquoi je me permets, chers électrices, chers électeurs, cher public, de suggérer qu'on étende cette trouvaille française, ce statut souple et humain aux humbles représentants de la pègre, à ceux qui besognent nuit et jour - plutôt nuit -, sur le terrain.

 

Le cambrioleur, plutôt que d'oeuvrer pour une bande anonyme, dont il engraisse les patrons au risque de moisir seul à l'ombre, ferait tranquillement des casses légaux et déclarés - dans la limite bien sûr d'un butin de 32 000 €, afin de ne pas déséquilibrer le système antisocial. Je suppose que les sceptiques et autres chercheurs de poux vont objecter : mais comment définir le seuil de 32 000 € ? Est-ce sur le prix d'achat TTC des biens volés, sur leur prix de revente au receleur ? Quid de la plus-value (par exemple sur les collections d'oeuvres d'art; il existe des oeuvres d'art bon marché, comme les porte-clefs, les pendulettes suisses et les étiquettes de fromage qui peuvent cependant avoir généré d'importantes plus-value) ?

 

J'ai conscience que je ne fais qu'aborder et commencer à défricher un continent neuf. A toutes les questions qui pourraient surgir, épineuses, nul doute que nous, français, qui bénéficions de la meilleure justice du monde, et du système fiscal le plus audacieux, et avons même Mme Lagarde au èphèmi ne leur donnions les réponses les plus appropriées.

 

Réflexion faite, je crois qu'il serait préférable de fixer aux cambriolages, qui, même s'il n'y a pas à vraiment parler d'achat, au sens propre, comportent quand même une part de revente, le seuil de 80 000 €.

 

Ce seuil de 80 000 € pourrait servir aux activités para-commerciales de racket, escroquerie, chantage sans voies de fait et extorsion de fonds, ainsi qu'à toute revente de produits illicites ayant été achetés ou échangés à un grossiste.

 

On pourrait par contre limiter à 32 000 € les activités de prostitution, intimidation, reprise individuelle ne donnant pas lieu à revente mais servant à l'autoconsommation, culture et/ou vente de produits illicites ne résultant pas d'un achat préalable.

 

Pour ce qui est des crimes sexuels et de sang, je n'ai pas de solution à proposer. Pas pour l'instant. Mais rassurez-vous, j'y songe.

 

Toujours soucieux du bien commun, je me tiens bien sûr à la disposition des autorités pour affiner ce qui n'est somme toute qu'une simple idée émise, mais à laquelle je vois tout de même a priori de nombreux avantages.

 

L'auto-entrepreneur acquittant des charges sociales et de l'impôt forfaitaire se verrait enfin reconnu, membre à part entière d'une société qui jusqu'alors le rejetait, l'ignorait ou le méprisait.

 

Il est évident qu'un peu d'incitation aiderait à la mise en place du système. La police et les juges ne devraient pas hésiter un instant à avoir la plus grande mansuétude envers un affilié au système, pour réserver la vindicte la plus noire aux salopards qui préfèreraient rester en dehors.

 

Songez à l'amélioration psychologique occasionnée, qui rejaillirait ainsi sur le pays entier. Qu'il ferait bon vivre dans ces conditions !

 

La couverture sociale du malfaiteur (j'emploie ce mot par défaut, sachant que ce n'est pas le plus indiqué pour le confort moral et psychologique de la catégorie socio-professionnelle ainsi désignée ; l'une des tâches de nos sociologues serait justement de découvrir des termes moins dégradants, et même valorisants) pourrait lui permettre en cas d'accidents du travail (hélas fréquents, le client étant parfois revêche)de bénéficier d'une vraie prise en charge.

 

Le taux de chômage baisserait d'une façon spectaculaire. Les ministères, les journalistes, le public auraient du grain à moudre. Les sociologues reprendraient du goût à la vie. 

 

Je suis certain que les grands entrepreneurs criminels feront tout pour blackbouler un tel projet qui risque de mettre à mal leur système juteux, et qu'une certaine catégorie de français encore lourdement attachés et de façon outrancière au droit de propriété et à l'intégrité individuelle trouvera encore moyen de se plaindre et de manifester, mais si l'actuelle majorité laisse passer cette chance de laisser son empreinte dans le ciment de l'Histoire, je ne doute pas que l'opposition la saisira aux cheveux, voire même n'hésitera pas à s'en attribuer la paternité.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

NED de : mabouillotte-et-mondoudou 27/02/2013 22:42


C'est peut-être par ce que tu n'est pas sinistre !


En tout cas tu pourrait être que meilleur que la plupart de nos "politiques" ! Mais surement très dérangeant !


Allez reste V.J. en attendant la retraite ! ! ! !


Amitiés fidèles .

Vieux Jade 28/02/2013 07:24



Merci, je m'accroche !






NED de : mabouillotte-et-mondoudou 27/02/2013 13:25


Voilà une saine et belle réflexion, qui certes demande encore moultes autres réflexions.


On peu compter sur les spécialistes des PAUL-EN-PLOIE et autres pour créer les commissions et sous-commissions ( un dit spencable !)


Ça va créer des emplois ............ !

Vieux Jade 27/02/2013 19:47



Y a des jours où je me demande pourquoi je suis pas ministre. :(



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.