Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 18:27

182.JPG

   

Dans un commentaire de M. Korrigan (VK), ce dernier reprenait une phrase d'un texte : "Ouvrons grand les fenêtres".

 

Puis Mme Narf disait, dans un autre commentaire :  "Ce drôle d'espace-temps complètement virtuel qu'est ce blog, offre toujours une porte, à ouvrir ou pas, à son gré, selon l'instant. Il rappelle qu'il y en a toujours une. C'est toujours rassurant, en cas de besoin, d'avoir une porte à ouvrir, pour aller voir ailleurs, une ouverture, pour s'échapper".

 

Cette convergence soudaine sur les portes et les fenêtres suscite en moi des souvenirs, d'une part, et d'autre part des réflexions.

 

Souvenirs ? Au singulier, en fait, celui-ci : un rêve noté le 30 août 2009. Dans un "vaisseau spatial", mon siège est vide, et ma veste est posée dessus, avec, au dos, en lettres hébraïques, mon nom, ou ma fonction : לַעְדָּה .

 

Phonétiquement, ça se lit à peu près : Ledar. Dans la bible, on le trouve traduit : Laadar, ou Laeda, dans ce contexte.

 

 

(Je précise ne pas être juif. Mais, bon, c'était en hébreu, et j'ai un peu potassé la kabbale il y a belle heurette).

 

Bien sûr, après ce rêve, j'ai cherché à savoir le sens de ce nom. Je vous fais grâce des tergiversations pour arriver droit à ce que j'en ai retiré : celui qui ouvre des fenêtres, des perspectives.

 

S'il y a parmi vous des kabbalistes, je suis prêt à en discuter les aspects.

 

Cet aparté un peu personnel amène au sujet : quelle différence entre un mur, une fenêtre, et une porte ?

 

A priori un mur enferme et/ou protège, selon qu'on s'y trouve  volontairement ou non. Un mur est fixe, et la seule solution, à part le détruire, est de "faire le mur", pour y entrer, ou en sortir.

 

Une porte, elle, sert au contraire à entrer ou à sortir, donc à franchir normalement les murs. Elle n'est ménagée que dans des murs, dont elle est l'issue. Une porte sans mur est comme un couteau sans manche.

 

Je ne crois sincèrement pas que ma fonction soit d'ouvrir des portes, car moi-même suis fermé ici. Si j'avais trouvé une porte, je l'aurais dit. Au moins, je serais sorti. Parce que c'est pas trop top ici, comme diraient mes filles.

 

J'espère qu'un jour une porte s'ouvrira pour vous, pour moi, mais, si j'en ai aperçu plusieurs plus ou moins cachées, je n'ai su en ouvrir aucune.

 

Pour ce qui est d'ouvrir des fenêtres, oui. Oui, je crois que ça, je sais le faire. Là où la plupart ne voient que des murs, je devine, j'aperçois des fenêtres. Et je les ouvre. Pour moi, pour vous. Ne croyez pas que je sache déjà quelle perspective elle donne, quand j'en ouvre une. Je la découvre en même temps que vous. Parfois, vous y voyez bien plus que je n'y ai vu.

 

Ma fonction est de voir et d'ouvrir, pas forcément de regarder. Voir et ouvrir. Peut-être qu'après, d'autres savent mieux tirer parti du paysage ainsi révélé, et peut-être sont-ils venus, eux, pour cela.

 

De la sorte, chacun aurait un rôle précis dans la chaîne. Nul ne valant mieux qu'un autre. Un maillon vaut-il mieux qu'un autre, dans la chaîne qui remonte l'eau du puits ?

 

Je n'ai pas de certitude, et quand il m'en vient une, je la fuis. On marche mieux léger. De sorte que je ne sais rien, ce qui est précieux dans cette nuit.

 

J'ai ce don : voir les fenêtres, et les ouvrir. Qu'est ce blog, sinon une multitude de fenêtres ouvertes ? Mais une fenêtre n'est pas une porte. Par une fenêtre entrent la lumière, la pluie et le vent, et le regard peut aller loin. Et celui qui vivait jusqu'alors dans une caverne obscure peut se rendre compte qu'au delà, il y a d'autres mondes, des prairies, des forêts, des montagnes, des chemins, des villages, des fumées, de la vie, et qu'il n'est plus tout à fait seul.

 

Peut-être, comme l'a dit mon rêve, suis-je ici pour cela.

 

Mais pour ce qui est des portes, ou de construire du neuf, je passe le relai.

 

Quand Narf parle de portes, peut-être est-elle, elle, ou vous, capables de voir et d'ouvrir des portes. Qui sait ?

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans aromates
commenter cet article

commentaires

Antidote 23/12/2011 01:40

Il y a des moments, ou rien ne semble plus important que les portes et les fenêtres...
Se cogner aux portes, ouvrir les fenêtres, faire circuler l'air, chercher les clés des portes, supposer que derrière se cache je ne sais quelle réponse vitale....et puis, fermer la fenêtre ouverte
pour que la merveille entrevue surtout ne s'envole pas...
Merci à Anne pour ce superbe poême qui m'est allé droit au coeur.
Merci VJ pour ces "visions" qui viennent nourrir les regards qui changent tout...

Vieux Jade 23/12/2011 08:16



Merci à toutes celles et ceux qui par leur présence dite ou non enrichissent cet espace qui depuis longtemps n'est plus "le mien".



LLéa 23/12/2011 00:27

Merci a toutes et tous.

Enormes bises.

Vieux Jade 23/12/2011 08:15



Enormes : hors normes.



Narf 22/12/2011 20:32

En une seconde, on peut tout perdre. Ecoutez Jodorowsky et son histoire de porte:

http://www.ina.fr/playlist/histoire-et-conflits/alchimiquement-votre.301388.PHD99224377.oui.fr.html#containerVideo

Avant je l'écoutais en entier cette émission... mais comment? Là, ça ne marche plus! :'{ Dommage.

Vieux Jade 22/12/2011 21:34



Ben, faut payer, c'est tout.  Cassez vous les pauvres, défense d'être intelligent. Mais, vous savez, l'endogamie débouche toujours sur la dégénérescence.


Que les riches soient intelligents entre eux, ce n'est pas vraiment un problème. Qu'1% de la population s'arroge le droit à tout n'empêche rien. Les graines les plus minuscules soulèvent et
transpercent le béton.



LLéa 22/12/2011 19:43

:)))


Line et Luc.

J'ai triché. Je vais au coin!


http://v.tomeno2.free.fr/blagues/Frm_M_Mme.htm


Belle soirée.

Vieux Jade 22/12/2011 19:52



Elle y est ? Oui. Ça m'aurait étonné qu'elle n'y soit pas. Mais je l'ai trouvé tout seul. Pas un titre de gloire. Ça fait qq fois que je sors un truc comme ça, et que quelqu'un dit : ah oui, je
la connaissais.


Une fois, dans un polar français : Néandertal, de retour de chasse dit à sa femme : j'ai les crocs, magnons. Je la fais, puis la lis 6 mois plus tard.


Bon, si personne le l'a faite, une qui sort de mes tablettes :


 


Traduttore traditore


Comment dit-on un canard en anglais ? A swimming poule, œuf
corse.


 


(j'en ai des pleins cahiers; avant le blog, c'était un de mes
exutoires :)))


 



Korrigan 22/12/2011 18:25

A propos de la famille Table quelques propositions :

Famille catho : Ré’
Famille propre : Po’
Dans le vent : Décapo’
Mal dans ses pompes : Ins’
Pénible : Insuppor’

Oui je sais, c’est lamen’

J’en viens à me demander si je n’ai pas forcé sur certaines herbes dans le poulet, était-ce bien d’ailleurs de l’estragon…

Vieux Jade 22/12/2011 19:40



Belle prestation. Evidemment, c'est introuvable quand on ne le sait pas. J'abrège vos souffrances.


Il s'agit de Line et Luc TABLE. Mme VJ a dit ce mot, et je l'ai instantanément entendu. Drôle : je lui pose la question aussi sec : M et Mme Table bla bla, et elle n'a pas trouvé.


C'est curieux, les méandres du cerveau humain.



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.