Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 12:04

Je suis sûr que certains ne me croiront pas. Vont dire : VJ, tu exagères, ces histoires là n'arrivent qu'à toi, etc. Alors, pour les sceptiques (pas les septiques, vrais ou fausses, je précise, vu le sujet) j'ai fait une petite photo.

 

Journée mi soleil mi averses, venant de Vézelay pour aller à Toucy, en passant par Ouanne. Il y a d'ailleurs un panneau (pas photographié) qui indique : Ouanne Toucy, ce qui doit amuser les anglophones.

 

Adoncques Mme VJ et moi-même, l'arrière de la ouature lesté de 48 bouteilles d'Irancy et Côte d'Auxerre de chez Bersan, à Saint-Bris le Vineux achetées la veille, rallions Toucy.

 

Lorsque soudain, dans un des nombreux villages traversés de cette merveilleuse Bourgogne, nous le vîmes. Ce fut l'oeil d'aigle de Mme qui le dénicha, alors que je cherchais la direction de Courson les C., selon le panneau.

 

On se demandait qui étions nous appeler à courser ainsi en choeur, les cantinières ou les chambrières, comme M. dsk, mais en fait il s'agit de Courson les Carrières. Ce n'est après avoir coursé et rattrappé les carrières, les mirifiques carrières de la phynance ou de la politique que messieurs les grands singes coursent impunément cantinières, chambrières et petits garçons. Pas avant, car ils n'ont pas alors la fameuse et merveilleuse immunité qui les distingue du populo.

 

Je reviens à ce panneau. Oui, il s'agit d'un panneau. J'l'avais pas dit ?

 

Un panneau indicateur tout ce qu'il y a de banal, comme on en croise à tous les carrefours, même dans le dernier ou l'avant dernier des patelins.

 

Banal panneau. Mais comme soudain nous fûmes heureux, Mme VJ et moi-même, son modeste serviteur ! Nous l'avions enfin trouvé ! Le précieux, l'unique, l'ignoré, le trop mal connu, l'irremplaçable.

 

De temps à autre, nous en entendions parler, comme les conquistadores entendaient parler d'El Dorado, ou de Cibola, et d'autres de l'Agartha, ou de l'île volante de Swift, mais on se dit tôt ou tard : non, c'est encore un mirage, ce n'est pas encore là, le trou du cul du monde.

 

C'est une utopie.

 

Pourtant, j'avoue, parfois on s'y croirait, tant c'est ressemblant. Mais jamais de TDCDM (acronyme du fameux "trou du cul du monde") n'ose afficher la couleur.

 

C'est pourquoi Mme VJ et moi-même, son preux et vaillant, fûmes aussi contents, au point que, lâchant le volant pour battre des mains, je faillis propulser notre véhicule dans un chemin de traverse, ce dont contenant et contenu eussent été fort marris et dolents.

 

- On y va ? dit Mme VJ.

- Attends, c'est une expédition. Faut un équipement spécial, t'imagines ?

 

Bref, on s'est lâchement débinés.

 

Je me demandais ce qu'on pourrait bien foutre dans un trou pareil. Pas emmerdés, les habitants. Doit pas y avoir foule pour s'y installer. Moi, je serais maire, j'essaierais d'héberger le congrès annuel des proctologues. Par exemple. Sponsorisé par Lotus, par exemple. Mais bon, c'est limité.

 

Pour en savoir plus, on a sorti les scaphandres de l'antimites. Promis, on y retournera un jour, on en fera le tour, on en explorera les profondeurs. Je vous dirai tout. Promis.

 

100_3656.JPG

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sans fondement 14/06/2011 23:22


alliance, anneau, anneau de Saturne, anneau grec, antre, arobase, arrière chemin, as de pique;

bagouse, bague, beignet, berlingot, beurrier, bock, borgne, boudeur, boutonnière;

calice, capsule, caramel, carré, cercle, chambre noire, le chouette, clou de girofle, contresens, coquin, coupe-cigare, culasse, cul-de-sac, cyclope, cyclique;

dé à coudre, derrière, doigtier;

échalote, embusqué, entrée des artistes, entrée de service, entrée des livreurs, entrée du ramoneur, entre fesses, entremet, ergastule, étoile du soir, extrême centre;

fiole, fion, fistule, fondement, fruit défendu;

garde-fou, gouffre, goudron;

interdit, isoloir;

juste milieu;

karikal, kouglof;

lunette;

mal famé, malthus, manchon, margelle, monocle, mouche;

nadir, nœud de ballon, ni vu ni connu;

œil, œil de bronze, œil de Caïn, œil de Gabès, œillet, œilleton, oignon, oignadé, oignar, ognasse, oigne, oigneu, olive, orifice, os, où je pense, ouverture;

pastille, pertuis, petit, petit brun, petit cratère, petit écu, petit frère, petit guichet, petit trou, porte dérobée, pot à couleur, pot d'échappement, puit profond, puit d’amour, puit sans
fond;

quelque part;

rondinet, rosace, rose des vents, rosette;

saint jean le rond, sélect, sortie de secours, sot-l’y-laisse, superflu;

tabatière, tabernacle, terminus, terre jaune, terrier, timide, tirelire, tourlourou, trou, trou de balle, trou de cheminée, trou d’enfer, trou du cul, trouduc’, trou du figne, trou du souffleur,
troufignard, troufignon, trou-madame, trou qui pète, truffe, turbine, turbine à chocolat, turbine à mignonnettes, tutu, tuyau de poêle;

urne;

valda, vase, vase illégitime, ventouse, voie, voie secrète;

zéro;


Vieux Jade 15/06/2011 07:39



Pas à dire, c'est assez complet :) Ça me rappelle "les petits mots inconvenants", de Jean-Claude Carrière (à ne pas confondre avec Anne-Marie).



Lléa 14/06/2011 15:53


Coucou,


:))), merci Jadou. Quel humour!

Tout en finesse et subtilité. Une merveilleuse pénétration dans le monde rural!


Les trous de Q verdoyants ont tout mon respect, et tout mon Amour.


Amitiés, Léa.


Vieux Jade 14/06/2011 21:57



Ah que, l'humûr, tujûrs.



nedallen 13/06/2011 16:03


Jai trouvé aussi l'autre bout ( du village bien sûr)
http://www.loofok.com/images-insolites/panneaux-insolites,9,0.php

et cet autre lien :
http://www.imagedrole.com/panneaux-insolites/

Merci de votre ballade et bon retour chez soi .


Vieux Jade 13/06/2011 18:30



Un vrai panneaurama !



Narf 13/06/2011 14:16


http://www.netbourgogne.com/article-5186127.html


Vieux Jade 13/06/2011 15:08



Je le dis et je le redis, VJ c'est du VQ.



Narf 13/06/2011 14:04


Merci Chantal, j'adore redevenir une enfant de 7 ans! :))))


Vieux Jade 13/06/2011 15:07



Ah bon, vous faisiez ça, à 7 ans ???



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.