Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 09:44

100_3053.JPG

 

Non, ce n'était pas une fausse sortie. Je ne rouvrirai pas ce blog.

 

Je veux simplement exprimer des remerciements à toutes les personnes qui m'ont manifesté leur affection. Je dois aussi des excuses pour la manière brutale dont j'ai baissé les stores.

 

Je sais que Ferlimpinpin, par exemple, a clos puis rouvert  plusieurs fois son blog. Je ne rouvrirai pas le mien. Mais je vous dois des explications.

 

Le vendredi 18 avril, Mme et moi avions décidé de visiter l'église d'Orcival, dans le Puy de Dôme. Pour elle, une première, pour moi, peut-être la troisième,ou quatrième dont une à pieds il y a très longtemps.

 

En saison, le petit village d'Orcival est bondé de touristes. A cette date, nous pensions être tranquilles, nous le fûmes. Nous restâmes plus de 30 mn dans la basilique sans la moindre présence humaine. Je ne sais pas si ça vient de la pleine lune, mais l'effet - tout au moins pour moi - fut atomique.

 

Orcival - le val d'Orcus, dieu des enfers - a plusieurs particularités : adossée à la montagne à l'Ouest,d'où coulait l'eau d'une source à tête de taureau (photo) aujourd'hui captée, ses seules portes se trouvent au Sud. La porte principale - celle des fidèles - étant fermée, tous les badauds entrent par celle des "initiés", c'est-à-dire que plutôt que d'entrer dans la partie tellurique de l'église, la plus proche des conditions terrestres ordinaires, on entre directement dans la partie "cosmique", c'est-à-dire à un niveau vibratoire élevé. Jacques Bonvin et Paul Trilloux ont largement écrit sur le sujet.

 

Ça a peu d'influence sur le touriste ordinaire, car il arpente à toute vitesse, et ressort sans que sa carapace ait été entamée. La plupart descendent dans la crypte à rebours, et filent au resto d'en face.

 

Nous n'avons rien d'extraordinaire, mais quand nous décidons soudain d'explorer une de ces machines à transmuter les humains, c'est parce que c'est une nécessité téléguidée de l'intérieur.

 

Pour le dire autrement, cette immersion répondait à un besoin réel. 

 

A l'entrée : eau bénite. Ça se fait rare. On en pense ce qu'on veut, comme de tout. Je m'en enduis le front, la nuque, et ces sacrées lombaires. Puis départ du circuit. C'est intuitif, un circuit. On fait comme on le sent. Au deuxième tour de l'église vide, soudain ma tête tomba sur le côté gauche, comme si elle pesait des tonnes, comme si on me l'avait coupée. C'est une sensation que j'ai ressentie deux ou trois fois dans mon existence, dont une fois en respiration holotropique. 

 

Je passe sur les demandes intimes que j'ai émises ; en gros : entrer dans la pleine conscience. Ça semble très ambitieux, peut-être. Mais je dois reconnaître que j'ai longtemps fait une erreur grossière, et subtile à la fois : croire que la langue des oiseaux était une sorte de compréhension du sens voilé des textes alchimiques. C'est vrai, et c'est largement insuffisant : comprendre la langue des oiseaux, c'est réellement revenir dans l'état non séparé dans lequel on comprend parfaitement ce que nous dit la Nature, notre mère, dont ses représentants les oiseaux. Imaginez que vous compreniez enfin ce que disent les oiseaux, le vent, l'herbe et la pluie... 

 

Ce qui nous en sépare : notre mental, habitué à raisonner, projeter, argumenter.

 

C'est donc cela que j'ai profondément demandé ce jour là. Être délivré du mental, quitte à finir comme Nietszche. 

 

Descendons dans la crypte : c'est pas de la crypte de gamins, un trou de souris, non. On doit pouvoir y tenir cinquante ou cent.

 

Là, c'est le pays des morts. Une forêt de piliers, c'est un terme classique qui ici s'applique à la forte densité de colonnes granitiques qui soutiennent le choeur. C'est le centre du vortex vibratoire, comme disent les géobiologistes. Faudrait avoir un scaphandre pour ne pas être atteint, transpercé. J'ai mis longuement ma main dans l'empreinte en creux sur l'un des piliers, jusqu'à ce qu'elle devienne glacée.

 

C'est la mort que je suis sciemment venu chercher. Mort mentale, mort du moi, de tout l'édifice, de la carapace, du fatras.

 

La preuve que ça marche, c'est que depuis ce jour, les pensées et les mots me coûtent. Curieusement, le travail profane alimentaire m'est difficile, mais je parviens à le traiter. Par contre, et c'est la raison de mon silence ici et d'une manière générale sur le net, je n'ai rien à dire. Tant de mots, de signes, qui m'éloignent du réel...

 

Mais ce n'est pas un suicide gratuit ou une simple pulsion de mort. Au delà, c'est vraiment la quête de l'origine, d'avant ce putain de mur capitonné qui nous isole du courant de vie.

 

Pour y revenir, il faut prendre tous les risques. Mourir, c'est presque un début.

 

Voilà. Ai-je été assez clair ?

 

J'ai besoin d'une cure de silence et de paix. J'ignore le temps que ça prendra et ce qu'il en adviendra, et au bout du compte, ça n'a aucune importance.

 

Mais vous comprendrez que je ne réponde pas à vos commentaires et mots d'amitié, parce que parler, y compris écrire ce texte, me demande de vrais efforts.

 

Une dernière chose : rien ni personne ne nous menace sauf la peur. Quel que soit le sujet - guerres, radiations, drames en tous genres - il n' a de prise sur notre être que celle que nous lui laissons. Aucun miso, aucun iode, aucun refuge ne nous protégera de la peur. Il faut donc purement et simplement extirper de nous les racines de la peur. Les racines, pas les feuilles.

 

Je suis parti débusquer les racines de la peur, et ce n'est pas avec des phrases et des mots que j'avancerai. Comme Ferlin, je pourrais vous dire : je vous aime tous, et c'est vrai, au fond. Mais c'est un peu facile de loin. De près, c'est plus dur. C'est vrai que j'ai beaucoup d'amour en moi, mais je sais aussi la difficulté à passer outre les formes. Je suis vraiment un amoureux de la solitude.

 

 

Merci encore à toutes les personnes qui m'ont lu et parlé tout ce temps : ce fut une sorte de famille, de lieu d'humanité et c'est très précieux en ce temps de robots.Je crois avoir reçu largement autant ce que j'ai pu transmettre.  

 

Si vous vous souvenez, un de mes rêves m'a annoncé le retour des radiations avant les projections et les déclarations officielles. Depuis l'enfance, j'ai basé ma vie sur les perceptions intuitives. Mon intuition actuelle, c'est que le temps des palabres est passé, comme celui des choses en boîte : musique, vidéo, etc. 

 

La seule source d'information qui vaille est à l'intérieur. Il y a plusieurs moyens d'y accéder : rêve, méditation, contemplation, jeûne, immersion dans la nature et autres. Tout le reste est mensonge. Les millions d'informations que vous pourrez glaner sur le net - guerres et rumeurs de guerre - font partie du film et vous emprisonnent. N'oubliez pas le sens anglais de net : filet, réseau. Toile d'araignée. Laissez-vous manger si vous voulez, je préfère voler.  

 

Le choix est simple, et de plus en plus urgent : croire au film, et y rester, ou chercher la sortie.

 

La sortie est à l'intérieur.

 

Je crois que cette fois-ci, j'ai dit et résumé tout ce que j'ai cherché à dire au fil du temps.

 

Soyez-vous propice. Vous et le plus grand Vous de vous-même êtes votre meilleur ami. Aidez-vous à vous évader.

 

 

samaritaine_3-1-.jpg

 

 

CE BLOG EST DÉFINITIVEMENT CLOS CE VENDREDI 25 MARS 2011, JOUR ANNIVERSAIRE DE L' ANNONCIATION PAR CE 846ème TEXTE, CE QUI EN RÉDUCTION DONNE 8+4+6 = 1+8 = 

 

 

NEUF !

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans sauvages
commenter cet article

commentaires

Narf 08/04/2011 21:00


Coucou à tous ceux qui passent encore par là!

Léa... le lien c'est sur you tube... cahuete milk...en cherchant j'ai trouvé ça... clique sur mariage...hummm...c'est pur rêve...ça fit rêver...c'est beau!
http://www.leblogdelamechante.fr/blog-mode/category/astuces-mode-beaute/mariage-astuces-mode-beaute/

Sinon il a un blog aussi ' avec des playlists aussi!): http://cadependdeslibellules.blogspot.com/

Et là, tu vas au billet "Expo avril" et tu auras la vidéo.http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=iG_ccNyDhbQ

C'est un chouette photographe et un chouette bonhomme.

Bonne chance Léa! Et vole de toutes tes ailes dans ce ciel printanier!!!

Bon et je postais pour dire que je découvre ce soir Sixteen Power Horses dans la 11 ème playlist de Vieux Jade, après Johnny Cash... que du pur bonheur!!!! Merci Vieux Jade! Ha la musique...

Et dire aussi que moi aussi, je peux conseiller un roman: " Le psychanalyste" de Leslie Kaplan...un régal pour moi.

page 581... j'peux pas les citer toutes!..."Les poèmes sont toujours en route, tendus vers quelque chose. Vers quoi? Vers quelqque chose qui se tient ouvert, et qui pourrait être habité, vers un
Toi auquel on pourrait parler peut-être, vers une réalité proche d'une parole."

page 301: " Tenir le hasard pour indigne de décider de notre destin, ce n'est rien d'autre qu'une rechute dans la conception pieuse du monde" ( Freud).

page 401: " - Et alors, dit Simon, c'est interdit de penser?
- Non, dit Jérémie, non, il n'est pas interdit de penser... Mais quand même... je me dis qu'au fond si j'ai ces pensées, je n'ai pas le droit de me fâcher avec un type comme mon collègue, je suis
aussi mauvais que lui.
- Les pensées, dit Simon, sont des pensées, et nous sommes ici pour les analyser. Ce ne sont pas des actes ou des paroles, comme les paroles injurieuses de votre collègue.
C'est la religion qui punit les intentions, dit Simon après un temps d'arrêt, Jérémie ne disait rien, c'est la religion qui demande confession des pensées soi-disant coupables. Freud disait de la
religion que c'est une entreprise d'intimidation de la pensée."


Vieux Jade 09/04/2011 08:35



La religion, oui, mais pas le lien avec LA base.



Lléa 08/04/2011 12:51


Hello,

En vitesse ...


Merci Jade, de donner de tes nouvelles, c'est gentil de ta part.Tu vas bien, c'est l'essentiel.
Jadou, pour tes rêves, qui ressemble plus a des cauchemars, si je puis me permettre .... pardon, si j'ai faux. Madame Jade devrait poser ses deux mains sur ta tête , et toi, ton oreille bien serrée
sur son coeur, ensuite il y a une petite phrase a dire a voix basse. Je ne peux te la communiquer, chuuuuut, c'est secret. Avec tout les bouquins que tu as, fouille dans ta bibliothèque, il serait
fort possible que tu la trouve dans un vieux grimoire tout poussièreux de sorcière. Mais gentille sorcière, hein?

Merci Danielle. Les mêmes belles choses pour vous. Pour tous d'ailleurs! Danielle, attention, ne donner pas a Jade le gros melon!

Narfette chérie, Merci. Mais je n'arrive plus a ouvrir tout les liens. Mon PC déconne grave. C'est la fin des haricots!

Voila, entre deux couche de peinture, la clé a molette et le silicone,(pas dans les seins). :)

http://www.youtube.com/watch?v=3cWvPuJuBws


Prenez bien soin de vous toutes et tous, je vous embrasse fort et n'oubliez pas les conseils avisés de Jade. Ne pas se laisser happer par la peur,les soucis et la dépression. La peur n'évite pas le
danger .... ce qui doit etre, le sera!

Léa.


Vieux Jade 09/04/2011 08:30



Le problème ici c'est que monsieur n'est pas meilleur bricoleur. :)


Ce rêve n'est pas un cauchemar mais une scène réelle de la vie telle qu'elle est à un certain niveau. De plus, la lecture peut concerner chacun de nous : il faut devenir UN pour n'être pas mangé.
Monachos.


Bonne peinture.



Narf 08/04/2011 06:36


http://www.youtube.com/watch?v=CFkRWikBRUk


Vieux Jade 08/04/2011 11:38



Merci. Bonne journée.



danielleg 07/04/2011 07:45


Bonjour,les Amis!
Ca fait plaisir,d'avoir des nouvelles du Grand chef!
PAIX,AMOUR,et,BONHEUR a Tous!


Vieux Jade 08/04/2011 11:38



Grand chef, ça bon pour ego. Merci :)



Sesame 06/04/2011 22:02


Regarde ça, ces deux livres vont t'intéresser s'il reste de la place sur les étagères de ton Hermitage.

Tous les deux préfacés par Portevin :

http://www.amazon.fr/vie-secr%C3%A8te-dHerg%C3%A9-Biographie-inattendue/dp/2844546382/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1302120013&sr=8-1

http://lapierrephilosophale.free.fr/lapierrephilosophale/page7.html

J'ai lu le premier qui traite surtout des rapports d'Hergé avec la Théosophie. Gros pavé bourré de trouvailles.
J'attaque le deuxième...


Vieux Jade 07/04/2011 07:28



Merci du tuyau. Je vais déjà lire le premier. Bonne journée.



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.