Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 07:25

La libération de l'homme grâce à la connaissance salvatrice est le trait essentiel de l'Évangile selon Thomas. C'est lui qui va nous permettre d'apprécier la pureté et l'authenticité des traités gnostiques. D'autres caractères, secondaires par rapport à la connaissance et découlant de celle-ci, vont concourir à dessiner la figure du gnostique. Ils sont déjà tous dans l'Évangile, parfois tout juste esquissés, le plus souvent nettement formulés :

 

- divinité androgyne qui valorise le couple à tous les niveaux en tant qu’ invitation à faire le deux Un,

- réalisation intérieure conçue comme éveil et non comme résurrection au sens de réanimation d'un cadavre,

- découverte de notre identité véritable grâce à l'enseignement de Jésus et non prise en charge de notre être pécheur par un sang rédempteur,

- prise de conscience que notre être véritable est éternel alors que notre être psychosomatique est mortel,

- caractère illusoire, voire mensonger, du temps et de l'espace, lesquels masquent la réalité, d'où l'attitude originale du gnostique vis-à-vis du monde spatio-temporel à la fois par rapport à la conception grecque et à la conception chrétienne.

 

Tous ces traits qui caractérisent le comportement gnostique dérivent comme naturellement de la connaissance entendue au sens métaphysique du terme.

 

Nous ne reviendrons jamais trop sur ce qui constitue la clé de la gnose éternelle. Les conditions de temps et de lieu peuvent varier, les modes d'expression peuvent être différents, il n'en reste pas moins que la source de la révélation, dans la bouche d'êtres totalement éveillés, la gnose offre partout et toujours les mêmes constantes universelles.

 

Grâce au texte de base que nous possédons désormais, nous pouvons savoir comment le message de Jésus a été reçu et interprété dès le départ. La révélation s'est altérée pratiquement à partir de la source parce que les disciples ne comprirent pas ou comprirent imparfaitement les paroles du Maître.

 

Ils n'arrivèrent pas à faire table rase du passé. C'est ainsi que l'entourage juif de Jésus voyait la mission du Maître en fonction du salut d'Israël. Les juifs attendaient impatiemment le Messie annoncé par les prophètes, d'où la question brûlante : « Es-tu celui qui doit venir ou devons en attendre un autre ? » (Matthieu 11-3 ; Luc 7-19) Jésus eut beau affirmer son indépendance vis-à-vis d'une aventure temporelle les rédactions successives des évangiles canoniques orientèrent ses paroles en fonction du « salut qui vient des juifs » (Jean 4-22).

 

Émile Gillabert « Jésus et la Gnose », pages 129-130.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

elba 19/03/2013 23:45


snif ! disparu, le mien... Bah ! C'est pas bien grave.


l'évangile selon thomas n'est pas toujours évident à interpréter...


mais chacun de nous sait en son coeur (et conscience) ce qui va dans le sens des paroles du christ.

Narf 19/03/2013 20:32


C'est vrai que ça buggue, j'ai dû m'y reprendre à 3 ou 4 fois , j'espère qu'il n'y aura pas de doublets ou plus! Sinon, Haarp peut-être? Les nuages sont tellement bizarres ces jours-ci...

Vieux Jade 24/03/2013 09:17



Bonjour, Mme Narf. Ca y est, 8000 commentaires viennent de réintégrer le domicile. Vraiment bizarre.



Narf 19/03/2013 20:27


Juste pour contredire Madeleine :) D'où "celui dont on ne prononce pas le nom", échappant ainsi à toute mise en forme spatio-temporelle ( image, mot, icone, représentation, etc...).  Sauf
que pour moi, justement, le christ incarne ce truc indéfinissable, cet espace-temps  défini et réel, où l'on décide d'agir et de créer, ce petit déclic qui fait passer de la pensée à l'acte
( créateur) qui nous plonge totalement dans l'espace-temps, dans le rapport direct à la matière, qui nous fait ex-ister, bien loin des discours et des histoires. A qui profite les histoires? Vous
sous-entendez Vatican? CIA? On peut rajouter Illuminatis and co? Un p'tit article: http://lecitoyenengage.fr/le-pape-de-la-divulgation-extra-terrestre-4314  PS: heu... c'est quoi les
quatorze du tiaré?

Madeleine 19/03/2013 19:16


Ben ils zont pas tous disparus, puisqu'il y en a jamais ;)
Moi je vois les quatorze du tiaré, en tous cas.
Mais je suis un peu voyante aussi


 

Madeleine 19/03/2013 17:38


Laisse tomber, VJ: tu n'as jamais de commentaires sur des sujets comme celui-ci!
Jamais, tu vois bien


 

Vieux Jade 19/03/2013 18:35


Mais ça ne veut pas dire que ça n'intéresse personne. J'écris pour dire ce qui me tient à coeur. Si j'attendais du résultat palpable, je serais trèdeur. :) PS : y a un pblème avec les commentaires.
Zont tous disparus. Un coup de la CIA ? Ou du Vatican ? :)


Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.