Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 18:00

 

 Ballet de démons mineurs, début XXIème (collection privée)

    

Le moral des ménages, c'est une troll de notion. Bien glauque, bien crétin, vide de sens. Le genre de trucs dont on nous rebat les oreilles sans qu'on y prête la moindre attention, mais qui à la longue colmate nos antennes, les fines antennes qui nous transmettent la voix de notre Être profond, pollue, englue notre source intime.

 

Dégueulis de sons et de mots hâchés. La sale tronche noire de sarkoumane, la stupide tronche bleue de flambi, dieu que ce surnom lui va bien, avez vous vu comme l'un irradie noir et l'autre bleu ? Leurs vilaines gueules de cafards, un sec, un mou, s'affichent partout, avec les désastres exogènes, Grèce, Syrie, j'en passe, tout nous cerne, cette répugnante purée nous assaille de toutes parts.

 

Les yeux aussi sont cernés. Rendez-vous, vous êtes pleins à vomir de toutes les saloperies déversées depuis que vous les avez ouverts. Avec les yeux, les oreilles, ces pavillons miraculeux dont la nature nous a dotés pour entendre le chant de l'âme des choses, pauvres oreilles, vous êtes cernées aussi. Cerné, le nez, fait pour les mariages intimes, par les pestilences du pétrole fondu. Cernée, la cervelle, aspirée par ces crocs qui vous aggrippent plus sûrement que l'outil de l'embaumeur égyptien.

 

Cerné, le coeur, par les désirs partout offerts contre paiement, l'universelle prostitution, la grande partouze du vingt et unième siècle. 

 

On vous mesure la vie, braves gens, en fonction des indices, de l'épargne, de la température du pétomane présidentiel et de ses comparses, et le triste et consternant moral des ménages n'y échappe pas.

 

Prozaquez-vous, prosternez-vous, ménages, ne vous ménagez pas et léchez de bon coeur les babouches des larves en costumes de M. Smith qui se pressent autour de vous. Ouvrez-la porte aux contrôleurs, aux sondeurs, aux recenseurs, avec le sourire s'il vous plaît.

 

Il y a des camps pour réapprendre à sourire lors des contrôles.

 

Avant l'ère du Verseau, celle des sondages rectaux. 

 

J'ai été prévenu du recensement : obligatoire, et, surtout : essentiel.

 

Voilà ce qu'on vous enfourne sans vergogne : se faire recenser, c'est-à-dire dénombrer comme du bétail, est de l'ordre de l'Essence. Si si. Déjà que l'Essence on la foutait dans les voitures, maintenant on la retrouve dans le "devoir citoyen" de se laisser marquer au fer rouge de la terrible loi de 1951.

 

Terribles, les lois ?

 

A part nous tuer, comme le disait déjà Socrate, que peuvent-ils de plus, les sbires, les cloportes, la mafia républicaine ? Ce n'est pas les lois des crapauds à face d'homme qui sont terribles, c'est l'ignorance abyssale du bétail humain, ignorant de sa richesse et de sa liberté.

 

Le moral des ménages, je l'entends : le moral déménage. Et tant mieux, ça me réjouit. Tout s'effondre, la haine gagne partout, comme un feu. Le pire rôde et se rapproche sans cesse un peu plus. Tout va péter.

 

Non que ça me plaise, la guerre et la violence. Je ne rêve que de paix. Mais pas la pseudo paix sur laquelle veillent les milices sataniques de la république, la paix des banques. Pas la paix des lâches ou des esclaves. Ni celle du troupeau ou des cadavres.

 

La paix du coeur, qui demeure intacte au fond de l'enfer, si on s'y exerce, si on s'y prête, si on la recherche, si on l'accepte, même en pleine tempête. 

 

La marmite du mensonge et de la sujétion est prête à déborder. En théologie, ça s'appelle : le mystère d'iniquité.

 

C'est cela qui nous cerne tous, nous concerne tous, et cherche à nous pénétrer jusqu'à la racine, afin de l'arracher : le mystère d'iniquité. C'est de cela qu'il faut se garder. Il est partout, et entre autres dans ces formules démentes et apparemment anodines et acceptées : moral des ménages, conventions collectives, âge de la retraite, indices, ratios, vitesse légalement autorisée, smic, rsi, rsa, gendarmerie nationale, trésor public, parlement européen, axe du bien, exercice illégal de la médecine...

 

D'où l'importance de ne pas avaler cette patouille. Ces mots sont toxiques.  

 

Que le moral se mette vraiment à déménager, ouais, ça me plaît. Que tout le monde devienne dingue, c'est inévitable. Tout y concourt. Le chaos est certain, et donc le pire, et le meilleur qui y est en germe.

 

Ce qui l'est moins, certain, c'est la victoire générale de la Bête. Bien sûr, elle fait comme si elle avait déjà tout en mains, c'est une ruse.

 

Nous seuls pouvons la terrasser. De certains, elle a déjà triomphé. Le seul moyen : devenir pleinement humains. En risquant la mort, de toute façon inévitable, puisque nous sommes mortels.

 

Mourir n'est rien si l'on meurt debout*.

 

Maintenant, cette pute immonde promet l'immortalité à ses adorateurs.  Esclaves pour toujours, quelle destinée... 

 

 

* Dans la légende normano-skandinave il y a plusieurs manières de finir sa vie:

-          la vieillesse, où l'on meurt sénile, grabataire sur son lit,

-          le suicide (dans l'amour courtois, ressemblant au Sepuku nippon),  

-          la mort subtile par disparition (enfreindre un interdit, comme surprendre une dame blanche, ou interrompre la mesnie Hellekin, sortie des guerriers d'Óðinn tué en combattant, s'effectuant entre Noël et le jour de l'an),  

-          la mort honteuse des lâches, subissant et/ou pleutres (ces morts sont alloués à Hela, reine des enfers), et

-          la mort des marins, ou au combat guerrier, en joute ou en duel etc…. 

 

(trouvé ICI)

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans extrême
commenter cet article

commentaires

dieu ou autre chose 02/03/2012 14:04


c'est aussi ce que je fait quand je rentre dans une église..


sauf que je ne suis pas croaaayant et que j'aprécie le décors..

dieu ou autre chose 29/02/2012 22:35


Venir ICI est une chance offerte pour s'ameliorer ..


De temps en temps,j'abuse des X ..


bisous la compagnie.

Vieux Jade 01/03/2012 13:08







danielleg 29/02/2012 19:49


Nobody is perfect!


Que celui qui n'a jamais fauté jette la première pierre...


Bonne soirée a vous tous.


 


                       

Vieux Jade 01/03/2012 07:36



Cékoi tous ces doigts ?



Yog 29/02/2012 11:41


He hé hé! J'en dis un mot chez mi!

Vieux Jade 29/02/2012 12:50



Pan sur le bec, le vilain VJ :)



danielleg 29/02/2012 07:35


En soi, ce n'Est pas lui qui Est important, Mais si ce qu'il a dit Est vrai... ' que nos émotions négatives ont une influence réélle sur tout ce qui se passe dans le monde, nous avons donc une
Sacrée responsabilitée !  


La Vie reste belle malgré tout!


Bises.

Vieux Jade 29/02/2012 07:39



Vous avez raison. Ecouter CE qui est dit, non CELUI QUI le dit. (c'est un extrait d'un texte de Berezniak que je publierai ce matin) Bises.



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.