Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 20:13

« La sainteté originelle qui est encore en nous, projette toujours un petit reflet d'une des vertus originelles. Le désir de l'homme d'être un sage ou un saint, d'être noble ou spirituel, est une aspiration à la possession des vertus originelles.

 

Nous pouvons, en tant  que chercheurs spirituels, avoir une aversion pour nous-mêmes, du fait que nous savons que les péchés capitaux demeurent en nous - ouvertement ou bien en secret.

 

Ils ont pris possession de nos pensées et de nos émotions, et ils sont les accompagnateurs vigilants de notre volonté et de notre activité.

 

Tout ce que nous faisons d'une manière cachée, ou bien ouvertement, pour notre propre intérêt, est le résultat des péchés capitaux.

 

Même l'intérêt personnel inconscient démontre la présence d'un péché capital. Presque tous les hommes vivent instinctivement et inconsciemment d’une possibilité spirituelle, ils sont ainsi les porteurs volontaires de l'impie ou d'un péché capital.

 

Dès que le mal devient excessif, on peut dire qu'il est devenu satanisme ou méchanceté, et donc : un péché capital.

 

Lucifer - le Fils de la lumière jaloux - devenu une personnalité légendaire, fut le fauteur des péchés capitaux. Il les possède tous, tout comme chaque fils de la lumière tombé en est porteur, et aussi tout comme la nature en est infectée.

 

Avant que Lucifer ne ce soit révolté - ou avant que l’âme ne descende dans le chaos - elle était porteuse des sept vertus originelles qui, après la Chute, dégénérèrent en sept péchés capitaux.

 

Dans la nature et dans l'homme, on peut reconnaître le reflet d'une des vertus originelles. Toutes les vertus en sont une faible et imparfaite imitation. Commençons par la première vertu originelle : le courage. Nous pouvons remarquer qu’elle est présente dans le printemps.

 

La colère est un péché capital - le courage est une vertu originelle. Le courage avec lequel la jeune plante lutte pour traverser la terre est unique.

 

Le courage avec lequel le bébé passe par le dur processus de la naissance, est lui aussi unique. Dans la nature, cette action inconsciente n'est qu'un reflet du courage originel.

 

Le courage est une flamme lumineuse et constante, ainsi que le sont également toutes les vertus originelles. Le Fils de la lumière est couronné par l'auréole des sept flammes - les sept vertus originelles. Le courage ne connaît pas d'obstacle ; traduit littéralement, il signifie : fermeté face aux difficultés.

 

Par ce courage, on peut conclure que l'homme était une unité en soi à l'origine, et qu'il ne possédait pas de points faibles, pas de failles ou les flèches de l'ennemi auraient pu le toucher.

 

L'homme ordinaire pense que la témérité, la force de volonté et la dureté sont semblables au courage - mais en vérité, un homme clément ou religieux peut tout aussi être très courageux.

 

Le courage, en tant que vertu originelle, chasse toute forme de crainte. Il y a alors une certitude intérieure qui donne un courage céleste.

 

La colère, en tant que péché capital, face au courage, semble inspirer les actes courageux, mais ce n'est qu'une apparence.

 

La colère est une passion, alors que le courage est une force intérieure qui est toujours présente, qui est toujours stable et identique à elle-même.

 

Le courage se démontre sous de nombreux aspects : dans la clémence, dans la patience, dans la tolérance, dans la hardiesse, dans la sagesse.

 

Bref, dans toutes les vertus originelles on trouve une base de courage.

 

C'est pour cette raison que j'ai dit que celui qui peut réveiller l'une des vertus originelles, pourra être assuré que celle-ci sera sa corde de salut pour sortir du puits du chaos.

 

Dès que la colère ou la paresse, l'envie ou l’avidité, l'avarice, l'orgueil ou la volupté règnent dans l'homme, le courage disparaît.

 

Chaque péché capital attaque la vertu originelle. Et parce que les sept vertus originelles sont en vérité une unité, tout comme les sept péchés capitaux le sont également, la présence de l'une ou l'autre est bénéfique ou bien funeste.

 

Chaque vertu originelle prépare le chemin pour ses compagnes - chaque péché capital est le guide pour ses acolytes !

 

L'homme qui veut posséder la clémence, devra posséder le courage de la confrontation avec ses ennemis, ses obstacles, ses adversaires. La clémence connaît le courage.

 

La crainte est inconnue, même si l'on ne possède qu'une seule vertu originelle ! Chaque vertu originelle chasse la crainte, parce que toutes se fondent sur une certitude intérieure.

 

Lorsque Michel triomphe du Dragon aux sept têtes, il le fait sur la base d'une vertu originelle : le courage qui lui donne la certitude et la hardiesse, l'intelligence et la concentration, le désintéressement de la noblesse intérieure ».

 

Henk LEENE « Les Sept Sceaux »

 

http://www.priceminister.com/offer/buy/622645/Leene-Henk-Les-Sept-Sceaux-Livre.html

 

 

PS : m'en vais respirer loin du net. Bises.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Korrigan 12/04/2013 11:06


Je me suis donc procuré ce livre « Les 7 sceaux »de Henk Leene auteur que je ne connaissais pas, merci
VJ. 


« …/…L’ego possède des vertus et des vices.L’âme est animée par l’Esprit Saint, péchés capitaux ou Vertus originelles…/… » 


« …/…L’émotivité, l’animation intellectuelle, toutes les formes religieuses dans lesquelles l’ego s’endort et éprouve une
satisfaction, ne sont pas la Religion qui éveillera l’âme. Ce n’est qu’une imitation clinquante qui croît dans la terre de  l’un des péchés capitaux : 


    Soit la paresse - soit l’avarice – soit l’avidité – soit la volupté – soit l’orgueil – soit l’envie – soit
la passion ou le fanatisme. 


    Pour cette raison, de telles religions inscrivent leur histoire avec le sang de leurs victimes. Chaque
péché capital demande des victimes…/… » 


Je me permets de recommander à celles et ceux qui arpentent les allées de ce jardin cette lecture.

Vieux Jade 12/04/2013 17:29



Sacré livre, oui. Attention aux traductions qui figurent sur le site qu'a indiqué Quiet Quit dans un commentaire : http://henkenmialeene.org/fr/conferences/1972/allocution-1.html , c'est franchement
médiocre. La traduction du livre est bien meilleure.



LLéa 06/04/2013 12:41


C'est trop drôle, enfin ... :(


 











 


 


 

Vieux Jade 12/04/2013 17:30



Reste la fenêtre, ouf...



LLéa 06/04/2013 12:01


Bonjour,


Merci a toutes et tous. De bon coeur, merci.


 


PS : m'en vais respirer loin du net. Bises.


 


:) Itou. Nul besoin de se faire violence avec tout les mensonges ... et plus cela avance, cotoyer ce monde "pervers", devient une abhération totale. La nature, les animaux ne mentent pas.


Enormes bises,


 


 


 


 

Korrigan 06/04/2013 11:10


Avoir le courage de la Vertu est de moins en moins d’actualité.


On pourrait ajouter à ce riche texte la réflexion de Plutarque sur la Vertu et le Vice.


Je commande dans la foulée cet ouvrage.


 


Bon bol d’air à vous et aux vôtres, je vais en faire autant.


 

gui 05/04/2013 12:13


Quel plaisir de flaner au hasard des chemins de ton beau jardin!


J'y renifle des senteurs bien agreables.


Merci


 

Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.