Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2013 7 13 /10 /octobre /2013 11:44
    OEUF ALCHIMIQUE-01
 
 
Vézelay, le 12 octobre 2013.
 
Comme prévu, la météo annonçant un temps froid et pluvieux, not a cat ou presque dans les rues. Cependant, sous un petit vent vif, il faisait un soleil radieux. Comme prévu également, nous sommes arrivés vers midi à la basilique, et à midi vingt j'étais dans la crypte. Midi vingt, c'est à dire dix heures vingt, heure solaire.
 
Un femme en blouson aubergine, foulard blanc, cheveux noir de jais, assise au premier rang. Je prends place deux rangs derrière. Cinq minutes plus tard Mme VJ qui vadrouillait je ne sais où s'assied entre nous, sur ma droite.
 
Posé les chaussures, pour que le fluide de la montagne ferrique me transperce. Comme souvent, le mental s'emballe. Je crois qu'il n'aime pas du tout qu'on lui enlève les rênes. Chaque bruit résonne dans cette grotte.  
 
Des gens, sept ou huit, dévalent les escaliers, de droite, de gauche, traversent, s'arrêtent dix secondes, chuchotent, et cela me met hors de moi. L'être brutal et suppressif, le censeur qui veut tailler tout le monde sur son modèle s'insurge, la colère arrive. Quelqu'un glisse une pièce dans un tronc, qui produit un bruit colossal, comme une armure qui s'effondre interminablement. L'affreux dragon sort les griffes, et pense : "Qu'est-ce que tu crois pouvoir acheter avec ton fric ?"
 
La correction ne traîne pas : "Es-tu le critère de la perfection, le rétributeur de ce qui est juste et injuste ? Connais-tu le coeur des hommes ? Ou plutôt, n'es tu pas blindé dans un incroyable orgueil ?"
 
Comme en zazen, comme en toute situation chaotique, respirer, revenir à la respiration. C'est mieux. Le calme retombe, avec la raison. Chacun a le droit de vivre selon ses propres règles. Tu n'es pas un tyran ni un juge.
 
L'énergie du lieu est toujours très puissante. Un séjour dans la crypte fait à qui l'accepte l'effet d'un bain d'acide qui ronge la rouille et dissout les concrétions, libérant les forces internes emprisonnées.
 
Si ce n'est pas contrôlé, associé à la sagesse acquise, c'est comme lâcher des fauves dans la foule. Les romains appelaient la colline de Vézelay "le mont Scorpion", pour qualifier la violence qu'elle peut induire. 
 
L'histoire de Vézelay est d'ailleurs une succession de guerres, de conflits et de révoltes.
 
Peu à peu, les derniers visiteurs s'en vont. Nous restons trois, dans un silence total.
 
Puis l'office commence, au dessus de nous. De beaux chants polyphoniques, puis un violoncelle sublime. Couplé à une respiration lente, c'est la plongée. Les excrétions, les exsudations mentales ont pris fin.
 
Une phrase soudain vient danser : "IGNE NATURA RENOVATUR INTEGRA".
 
Je perçois vaguement qu'IGNE est inclus dans INTEGRA, et que bien des lettres sont communes à NATURA et RENOVATUR. J'en prends note, mais ce n'est pas le moment d'y appliquer le mental décodeur. Plus tard.
 
Après une demi-heure d'apnée, Mme VJ et moi sommes sortis. L'autre personne a l'air d'en avoir pris pour un bail. Le temps de nous recomposer sur le banc de pierre lisse qui fait face à la statue de Marie-Madeleine éplorée, nous nous glissons entre les cordes installées pour empêcher l'accès du choeur durant les offices, et descendons la rue déserte avant d'aller déjeuner de roboratives délices bourguignonnes à l'hôtel du Morvan.
 
Là, sur le set de table en papier, j'aligne les lettres : IGNE NATURA RENOVATUR INTEGRA, dont les initiales forment I.N.R.I., qui aurait été peint sur un écriteau cloué au dessus de la tête du Christ en croix, pour dire, par dérision, que le supplicié était Iesu Nazarenus, Rex Iudeorum (Jésus de Nazareth roi des juifs). Pour la plupart des alchimistes, qui doutaient fort d'un Christ historique, ce sigle signifiait  IGNE (par le feu) INTEGRA NATURA (la Nature entière) RENOVATUR (est rénovée).
 
OK. Mais il y a autre chose, l'intuition est venue me klaxonner dans la crypte. S'ils ont donné aussi volontiers cette lecture, c'est qu'elle renferme autre chose.
 
Tout simple : quand on raie IGNE et NATURA des mots INTEGRA et RENOVATUR, il reste RE, TRA et OV. Les 26 lettres, ou plutôt les 4 mots sont placés en miroir autour de la lettre N de RENOVATUR. N est par sa forme une lettre miroir qui, comme le X induit une idée de renversement.
 
RE, pour les égyptiens, c'est le Soleil. TRA, c'est la racine de TRANS, à travers. OV, évidemment, c'est l'abréviation de OVUM, l'oeuf.  
 
Dans leurs inscriptions lapidaires, les romains étaient des champions dans l'art de raccourcir les mots. RE /TRA/ OV pour RE TRANS OVUM, le soleil agit à travers ou à destination de l'oeuf. Pour Plutarque, le Soleil était un miroir réfléchissant la lumière d'un monde invisible. Ça me fait penser à une couveuse cosmique.  
 
Mais il y a plus simple, sans faire appel à l'Égypte (mais l'alchimie se nomme elle-même AL KEMIA, la terre noire, en référence à la terre féconde de la vallée du Nil, donc plusieurs lectures peuvent se superposer et se compléter), c'est :
 
TERRA OVUM (EST) : la Terre (est) un oeuf.
 
Pour un positiviste, un matérialiste, un zététicien, cette découverte n'en est pas une. C'est un délire, le fruit d'un esprit malade.
 
N'ayant rien à gagner, rien perdre, rien à prouver, je la livre telle quelle, cette trouvaille, à qui la veut.
 
En rappelant l'importance du symbole de l'oeuf en alchimie; en rappelant aussi que pour Carl Gustav Jung, l'alchimie est le domaine symbolique qui recouvre et englobe la totalité de l'expérience humaine en ce qu'elle a de conscient et d'inconscient, dans ce que représente finalement le Grand Oeuvre : le mariage des opposés, la reconstitution de l'Être Primordial, la Réintégration de ce qui a été séparé.
 
Découvrir que la Terre (en tant que planète, ou/et en tant qu'élément, c'est-à-dire la matière) est un oeuf, loin d'être anecdotique ou insignifiant, est au contraire d'une importance majeure.
 
Majeure pour moi, c'est certain. Car mon doute éternel et fondamental repose sur ces deux piliers antithétiques : devons-nous simplement nous éveiller de ce rêve, et foutre le camp d'un monde cauchemardesque où nous nous sommes égarés, ou avons nous au contraire, même si nous ne sommes pas DE ce monde, une tâche à remplir, une mission, un rôle à jouer dans l'accomplissement de cet univers ?
 
Bref : sommes nous ici par erreur, ou non ?
 
La découverte du message caché y répond très précisément : la Terre/planète, ou la terre/matière, dont nous sommes faits est un oeuf. Quelque chose, un germe, un potentiel, un avenir y sont inclus, qui cherche à naître (ou à re-naître ?).
 
Dans ce cas, devons-nous nous en laver les mains, chercher à fuir, comme je l'ai fait si longtemps, ou participer à sa gestation, et à sa mise au monde, par l'activation du feu de l'intelligence, de l'attention, de l'amour qui couve en nous ?
 
Être ou ne pas être ? Telle est la question.
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans féculents
commenter cet article

commentaires

elba 15/10/2013 08:17


J'en vois plusieurs, des questions, ici.


Avons-nous le choix d'être ou de ne pas être ? de naître ou de ne pas naître ? de participer ou non à la gestation du monde, comme vous le dites, VJ ?


J'aime énormément le début de la citation que Joss partage avec nous : "...prendre part à l'expérience humaine est expérience sacrée..." et je vais tâcher de garder ça en tête. Car pour moi,
considérer quelque chose comme sacré, c'est avoir un immense respect pour la chose en question.


Et n'est-ce pas juste ce à quoi nous devons porter attention ?


Et si la vie était tout simplement le fait d'être ce que nous sommes, tout en sachant que nous ne sommes pas seuls dans cette vie ?


Je repense à la petite anectode, dans ce texte, à la crypte de Vézelay..."Etre" ce serait pour chacun de ses visiteurs, de ne pas oublier qu'il y a 'les autres'... qu'on ait envie de se
recueillir ou juste de passer en simple visite...


 


Donc, pour moi personnellement, je dirais 'soyons' ! ... avec tout ce que cela comporte de sacré en nous.

Vieux Jade 15/10/2013 09:13



Oui, être, être présent. Le plus difficile quand on s'y efforce, le plus naturel qu'on embrouille avec notre petit vélo.



l'homme invisible 14/10/2013 17:08


Résoudre l'équation, c'est ouvrir la porte. Faire le boulot, c'est se rendre libre.

Vieux Jade 15/10/2013 09:11



Oui, c'st évident. Deux en un, l'union des opposés. Merci.



Joss/Personne 14/10/2013 10:35


Je "répare" l'oubli :   Ramtha  "Le livre blanc"

Vieux Jade 15/10/2013 09:10



Merci.



Joss/Personne 13/10/2013 21:55


Citation :


"Je vous le dis, prendre part à l'expérience humaine est expérience sacrée car, devenant humain, vous faites l'expérience intégrale de Dieu. Ce n'est qu'en devenant humain que vous voyagez
jusqu'aux confins de la totalité du Royaume des Cieux."

Vieux Jade 14/10/2013 09:05



Merci, c'est de qui ?


"Connais toi toi même, et tu connaitras l'univers et les dieux".



geronimo87 13/10/2013 18:54


Bonsoir.


Nous sommes des esprits incarnés dont le corps est notre inconscient...

Vieux Jade 14/10/2013 09:04



Ca me paraît très sensé, comme idée.



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.