Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 17:08

foule-1-.jpg

 

En guise de réponse succinte à ceux de mes lecteurs qui me trouvent illogique et inconstant, je n'ai qu'une seule réponse : je ne suis pas encore monos, un.

 

VJ est multiple. L'écrivain René Fallet disait qu'il avait deux veines : whisky et Beaujolais. C'est schématique, car il avait aussi une veine anisée, mais révélateur. Chez lui, le whisky ouvrait une personnalité tendre et sentimentale, le Beaujolais le rendait truculent. Superficiellement, on pourrait juger que c'est une girouette, soumise à tous les vents, tous les vins.

 

Au delà, on voit bien que le vieux Fallet était double, triple, multiple, comme nous tous.

 

Qui de vous est devenu Un ? Qu'il me jette la première bière.

 

Misérable suis-je, qui de tout ce qui m'a été donné comme nids à merde, n'ai pas encore réussi à en faire ce parfait chef d'oeuvre qui me permettrait peut-être de remporter l'épreuve.

 

Mais c'est que, comme un con, je me suis dit un jour que si je gagne tout seul, que deviendront les autres ? Les autres, c'est à dire : ceux que j'aime, et ceux que je déteste, mais que j'aime aussi. Z'auraient pas le droit de gagner ? On n'aurait rien appris depuis la course des spermatozoïdes ? On en serait restés aux courses de lévriers, au PMU, aux combats de chiens, de coqs, de gladiateurs ?

 

S'il y a la guerre dans ce monde, c'est parce qu'il y a la guerre en nous.

 

Si je ne parviens pas à aimer ce que je suis, et Dieu sait comme je suis nombreux, je suis en guerre. Un royaume divisé contre lui-même, disait le Christ.

 

Pourquoi ne pas aimer ce que je suis ? Pourquoi n'aimez vous pas ce que vous êtes ? Quand vous êtes tout et son contraire ? Pourquoi refuser d'être multiple ?

 

Il y a en chacun de nous un juge qui sépare ce qui est bien de ce qui est mal. Un juge qui sait, un juge qui juge, exclut et condamne.

 

Il suffirait de le foutre en l'air pour que ceux qui en nous sont exclus et hurlent depuis toujours réintègrent ceux qui en nous croient être justes. Pour que l'ombre épouse la lumière, il ne faut qu'une chose : dégommer le juge.

 

J'écris tout ce qui me vient. Parfois je gomme des trucs trop violents, ou même trop méchants parce que je ne veux pas blesser. Mais toutes les parties de moi, j'essaie de les laisser parler. Le savant, le gentil, le plaisantin, la brute, l'imbécile, le poète. 

 

Être moine, monos, ce n'est pas qu'il ne reste plus parmi tous les concurrents qu'un vainqueur qui aurait enfin la parole.

 

Non.

 

C'est que toutes nos voix ne fassent qu'une. La voix du choeur.

 

Toutes nos voix, ce sont nos milliers, millions d'ancêtres, d'existences ou d'expériences. Les contraindre au silence serait se vouer à la stérilité.

 

Laissez vous parler, laissez vous aller. Seule la liberté intérieure permet de dégager la liberté dans le monde du dehors. Tout ce qui est déverrouillé du dedans ouvre des fenêtres sur l'espace.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans féculents
commenter cet article

commentaires

danielleg 14/12/2010 18:48


Vous me faite rire aussi Léa.
J'aime toujours bien vos bisous moi!


Vieux Jade 14/12/2010 20:25



Ouh, des bisous dans le cou, ça chatouille...



Narf 14/12/2010 18:39


"Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire" (Voltaire)


Vieux Jade 14/12/2010 20:24



Moi non plus, mais moi aussi. :)



LLéa 14/12/2010 17:50


Madeleine,


Laissons donc Jade se dévêtir, c'est son choix, et son but ne regarde que lui.


Madeleine, vous n'aimez pas mes bisous, soit, plus de bisous pour Madeleine alors.....:)

Bien a vous, Léa.


Madeleine 14/12/2010 16:51


Léa, vous ne me faites pas enrager, vous m'ennuyez.
Et vos bisous hypocrites, hein...

Je sais bien que les gens "trop bien" sont haïs, c'est le syndrome du premier de classe ou des surdoués: le troupeau tente de les détruire pour ne pas se sentir inférieur à eux. C'est comme ça en
ce bas-monde. N'empêche que le premier de classe ou le surdoué se prépare une belle vie, quand les cancres végèteront au chômage.

Oui j'ai fait un blog et non, je n'ai pas de satisfaction quand je vois qu'il est visité. Aucune, devant Dieu je le dis. Donc Léa, vous supposez - projetez - mal. Cela fait des années que je ne vis
plus au niveau de l'égo et ces parures que sont les stats sont de bien pauvres parures de l'égo. Car qui me visite ? Les moteurs de recherche ? Les curieux et curieuses qui vont passer 3 secondes
et demi sur mon blog ? Des chercheurs sincères ? Des gens qui s'ennuient ? Comment trier ? Me gausser que des moteurs de recherche soient passés sur mon blog ? Ce n'est pas sérieux.

Je ne recherche non plus aucune reconnaissance personnelle. J'ai cité Aletheias et c'est la même chose: il donne sans prendre. Juste le "don". Oui Léa ça existe: "Donner sans attendre en retour",
n'en déplaise à vos projections. C'est pour ça qu'Aletheias est mon frère, mon vrai frère d'âme. Encore un gnostique, comme par hasard. Quand il m'a appelée "ma soeur" j'ai fondu de plaisir alors
que je m'en ficherais bien que vieux Jade m'appelle ma soeur.

Enfin il y a parfois bien plus d'amour dans des propos vifs qui sont là pour "choquer" un esprit paresseux que dans des compliments lénifiants, je ne vise personne. Et c'est vrai que Jade se
déshabille, mais tout dépend dans quel but...

Madeleine


LLéa 14/12/2010 15:15


Hello,


"Le discours du démagogue sort du champ du rationnel pour s'adresser aux passions, aux frustrations du peuple. Il recourt en outre à la satisfaction immédiate des souhaits ou des attentes du public
ciblé, sans recherche de l'intérêt général mais dans le but de s'attirer la sympathie et de gagner le soutien.


Rho .... j'ai tout faux alors, aller Léa a la niche et tais toi! :)


Faudrait il ne mettre que des photos ou des textes d'autrui et ainsi s'oublier complètement pour donner ?
Parler de soi, passer pour un "mousseur" selon les interprétations des uns et des autres, et donner n'est pas incompatible ! Quoi que l'on en dise, c'est aussi une forme de don et de partage. Que
savons nous des internautes et de ce qu'ils font a côté, loin de nos yeux? Si les paroles vont de pairs avec les actes, c'est formidable!

Un blog, c'est avant tout personnel, le patron y met ce qu'il veut, et la liberté de lecture est offerte a tous. Donc si cela ne convient pas, il est aisé de cliquer et d'aller voir ailleurs.

J'éprouve beaucoup, vraiment beaucoup de tendresse pour les personnes qui arrivent a parler d'elles, peu importe comment. Jade, se découvre, se déshabille, se dévoile, tantôt en bien, mais il nous
révèle souvent aussi ses faiblesses. Ceci est une grande marque de courage, et c'est tout a son honneur. Le partage universel passe par soi, les autres et le tout. Le partage universel, c'est
discuter de tout, d'écouter de tout, de rien, de sérieux, de pas sérieux, de bien, de pas bien, de la pluie, du beau temps, du noir, du blanc, et bla bla bla ....

Madeleine, pas taper, ce n'est pas méchant! Mais vous même avez mis un blog en ligne? Pourquoi? Vous avez mis au monde un beau bébé afin que des personnes y trouvent lecture! Je suppose que vous
éprouvez une satisfaction lorsque vous voyez qu'il est visité, lu, apprécié, et vous en êtes surement flattée? Le seul fait d'avoir procédé a l'ouverture d'un blog, même si vous ne parler pas de
vous, est déja une petite demande de reconnaissance...

Donner sans attendre en retour n'existe pas! Même si cela n'est qu'un sourire, il y a eu échange. Donc égo ou pas, l'essentiel c'est de vivre en bonne entente, de ne pas faire a autrui ce que l'on
ne voudrait pas pour soi, et d'aimer tout le monde pareil!

Madeleine, je vais vous faire gentillement enrager!
Savez vous ce que mon futur ex mari m'a dit l'autre jour?
- Léa, pas grand monde ne te mérite!
Après 32 ans de mariage,il doit savoir de quoi il parle!
Quelle prétentieuse cette Léa! Quel égo!


Madeleine, les gens méchants sont haïs, mais les gens trop bien aussi ....


Bisous, Léa.


Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.