Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 19:00

Crue_de_la_Loire_-_Aurec_le_02_Novembre_2008_115-1-.jpg

 

Plus je regarde le monde des hommes, et plus je m'aperçois que, contrairement à une idée reçue qu'on nous a insidieusement suggérée, il n'est pas plein de cons, de beaufs ou de mollusques.

 

Malgré la puissance de la machine à décerveler, bien des gens ne sont pas dupes de la grosse malversation en cours. Le nombre de plus en plus ridicule des votants en est une preuve cinglante.

 

Si bien des humains sont encore la proie de leurs passions, des fantasmes qu'on leur a inculqués, des murs où on les détient - travail, pavillon, patrie - ou, plus moderne - chômage, cité, misère - et qu'on leur présente selon le cas comme inéluctables ou en voie d'amélioration, la conscience collective de l'arnaque grimpe peu à peu.

 

Le niveau de la cote d'impopularité de Sarkoumane, premier mafieux de france auquel ce terme convient mieux que celui de "cote de popularité" le montre clairement.

 

Le roi non seulement est nu, mais en plus il est tellement sale que même les grandes personnes le voient et se bouchent le nez. Il en est ici comme en Tunisie. Tout le monde excècre le gros benali pour les nombreuses extorsions dont il s'est rendu coupable. Maintenant qu'il lâche ses sbires dans les rues armes en main, le pouvoir français lui propose l'expertise de ses lansquenets pour l'aider à chevaucher le tigre.

 

La french connection se lâche de plus en plus. Magouilles, corruption, menaces, affirmation hautaine de la violence dont elle est potentiellement détentrice, elle montre un vilain cul et de vilaines dents.

 

Et chacun maintenant le voit. De plus en plus de gens, malgré les tonnes de sirop que versent les medias, se rendent compte que gauche, droite, dure ou molle, ils se la prennent toujours dans le fillon.

 

Si rien ne change, ici aussi la police "spéciale" tirera dans la foule.

 

Car la foule grandit des sans espoir, des largués dans le vide, des écoeurés, lassés, désabusés. Les crues sont le symbole de ce qui se déroule dans les esprits et dans les coeurs. Ça monte, ça monte, puis soudain ça emporte tout.

 

Mais pourquoi ne se passe-t-il rien, malgré cette augmentation de conscience ?

 

Pour deux raisons : d'abord, largement supérieurs à leurs prétendus maîtres, l'homme ou la femme normaux, loin de rechercher le pouvoir par tous les moyens, dont la violence, veulent vivre en paix. Ensuite, il en va des mouvements collectifs comme du feu : inutile de porter la flamme sur du bois humide, elle s'éteint. Lorsque le bois est sec, une simple étincelle l'embrase.

 

Il faut du temps pour que le bois sèche, il faut du temps et que toutes les eaux convergent pour que les crues emportent tout. Une crue, c'est le niveau des eaux qui croît. Lorsque le pouvoir met des barrages à la crue des consciences, il ne fait qu'accélérer le mouvement. C'est mathématique.

 

Et quand le temps est mûr, tout change en un instant.

 

C'est la raison pour laquelle ce monde puant est déjà fini, même s'il l'ignore et s'acharne. Plus il s'acharne, et plus sa chute est proche.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans sauvages
commenter cet article

commentaires

ibara 15/01/2011 21:24


Bonsoir,
très, très bon article, j'adhére totalement,
amicalement,
Ibara


Vieux Jade 15/01/2011 21:40



Merci, ça aussi, c'est très bon :





Mais il y a encore mieux, vos "empreintes d'étoile". Vraiment splendide. 


 



danielleg 15/01/2011 07:40


D'accord avec vous Jade,seul l'instant présent EST.
N'empêche que cela fait plaisir d'avoir des appels de phares pour nous signaler que tout s'arrange et pour tous!
Merci.


Vieux Jade 15/01/2011 11:09



C'est vrai, c'est bon de distinguer des repères dans le noir.



Marc 15/01/2011 02:59


Beau billet , une fois de plus .. selon ma perception, il manque encore l'étincelle finale au scénario énoncé ci dessus pour enfin changer de pellicule dans ce mauvais film...


Vieux Jade 15/01/2011 11:08



Le degré de saturation n'est pas suffisant, pas encore. http://www.vieux-jade.com/article-ultreia-44243024.html


L'eau reste longtemps sur le feu avant de bouillir.



danielleg 14/01/2011 13:52


Nous approchons de 2012!
Il me semble que beaucoup de choses vont changer,et il va y avoir des Sacrée surprises.
Comme dit Léa,Paix et sécurité,et égalité,pour tous.
Inhchallaha.


Vieux Jade 14/01/2011 17:46



J'espère, mais comme on dit par chez moi, je fais attention de ne pas "me monter le bourrichon". J'ignore ce qu'est ledit bourrichon, mais ça signifie : garder sa lucidité. Peut-être que 2012
sera comme ci ou comme ça, peut-être pas. C'est quand même l'instant et toujours l'instant qui seul importe.


Trouvé : http://moretta.over-blog.com/article-115e-se-monter-le-bourrichon-monter-le-bourrichon-a-quelqu-un-61859923.html


 



benoit 14/01/2011 08:45


Bonjour Vieux Jade,

Juste pour dire que j'aime beaucoup ce regard, ce lien établi entre l'extérieur et l'intérieur de l'aventure humaine.

les oiseaux morts serait les petites gens pulvérisés par la dureté du monde ... ? C'est certain, le monde nouveau est à la porte de l'ancienne demeure ! En revanche, je ne suis pas partisan du fait
d'ajouter de l'huile au feux des passions exacerbées. Entrer dans la paix par la violence ou la colère exprimé n'est pas le chemin me semble t'il ...

Pourtant, l'histoire dit qu'un homme doux et aimant avait chassé les "Marchands du Temple", renversant les étals et tables ...

L'univers nous attend, sa vastitude est notre, tout est bien ...


Vieux Jade 14/01/2011 09:00



Je ne prône pas la violence. Lorsque le point de rupture est atteint, les choses se font seules. La principale violence est actuellement exercée par les singes dominants, non par les peuples. Ce
n'est pas la violence qui en viendra à bout, c'est l'implacable déferlement des esprits déterminés à ne plus se laisser mettre en servage.



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.