Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 17:38

Eau-xl-1-.jpg

 

Le monde a deux discours. Le premier, le discours officiel. Celui-ci n'est que du bruit, sans la moindre signification, et s'écoule directement dans les chiottes de l'univers. Adieu, déclarations fracassantes et contrats bidons, propagande et prostitution. C'est le bruit de la bête de guerre, dont nous faisons tous partie plus ou moins, du simple fait que nous existons.

 

L'autre, bien plus ténu, se tient à l'écart. C'est la voix de ceux qui n'ont rien à promettre ni à vendre. Il chuchote, sourit, garde ses distances, ne vient pas vous éclater aux oreilles, vous prendre par le bras pour vous emmener ailleurs.

 

C'est un discours que l'on se tient, à soi-même, tout au long des jours. Des mots que l'on échange, d'une barque à l'autre, mais qu'on dit pour soi, au bout du compte.

 

Lorsque je me parle à l'oreille, je parle au monde. Lorsque je dis, vois, repère, observe, comprends et aime ou pas, c'est au monde qui est en moi que je le dis.

 

Et le monde écoute, lui qui disloque le vacarme des menteurs. Le monde écoute, qui est en moi. Et quand vous vous parlez à vous-même, du fond du coeur, cette petite eau claire dégringole de roche en roche jusqu'au tréfonds du monde, et il en va de même pour tout ce que chacun verse de son eau pure, qui ruisselle et s'amasse au fond du coeur du monde.

 

Alors le bruit des chars et des avions, des bombes et des triomphateurs n'est qu'un vent puant "déjà mort au sortir de leurs bouches de cire" (Manset).

 

Dans cette grotte sacrée où jamais le vacarme ne pénètre, chaque goutte qui tombe crée un écho qui se répercute au coeur de chacun des hommes, de chacun des êtres attentifs qui savent de temps immémorial que le règne des bêtes puantes n'est qu'un instant, un pet dans l'éternité.

 

Chaque pensée simple et chaque mot de paix, d'amour et de beauté sont conservés pour l'éternité dans le trésor limpide du coeur du monde, et tout le reste n'est que du vent. Le vent mauvais de la pourriture des hommes qui s'achève et dont bientôt, rien ne restera. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans petites graines
commenter cet article

commentaires

LLéa 26/11/2010 16:07


Narf , bonjour ,


Sage ? Cela veux dire quoi ? Tu es surement plus sage que moi , mais tu n'en as pas vraiment conscience !

Sage ? Oula ! Léa a beaucoup de défauts , entre autres celui d'être une écraseuse hors pair !

Elle aime "renverser" les gens pour les mettre debout !


:)


Grosses bises et bon samedi-dimanche . Léa .


Narf 26/11/2010 07:27


Oui le blog varie, les lecteurs varient, le monde varie... j'aime bien quand la vie danse en douceur...
les bombes? Brrreu... danser au milieu des bombes, ça va pas être facile!

Jade kamikaze? Attentat suicide? Aïe mon confort laborieusement envisagé, convoité, espéré, va exploser en miettes? Mais qu'est-ce qu'ils ont tous à vouloir nous sauver à force de bombe? Ce
doit-être dans l'air du temps...

A peine réveillée là. Et je me disais en me levant " Des rêves chantants, qu'il a dit Iégor...ouais...c'est bien rare de faire des rêves chantants de mon côté, j'en suis loin. Faut que j'apprenne
sérieusement? Est-ce possible seulement? Y-a-t'il vraiment des gens qui arrivent à faire de vrais rêves chantants?"

Bon en attendant, suis rassurée. Dans les faits, il y a bien un billet pour le 25. Je m'étais couchée avant minuit, c'est tout! Et j'vais le lire de suite! Merci VJ!

Léa, comment fais-tu pour être si Sage?
Est-ce que tu fais de vrais rêves chantants?

En attendant bonne journée à tou(te)s, quand même!


Vieux Jade 26/11/2010 09:39



Quand mon moteur fait BOUM!



LLéa 26/11/2010 00:57


Narf ,


Jade a aussi son jardin secret....et nous n'avons pas le droit de nous inquièter de son absence ! Manque = possession !

Un jour , cela passe ,
Deux jours , aussi ,
Trois jours , nous appellons la police ! :))

Gros bisous , Léa .


Merci Jade . Oui le texte est beau . Toi aussi !


Narf 25/11/2010 22:51


Ben je ne l'avais pas vu ce billet hier soir! Et ce jour, 25 novembre au soir, je trouvais étrange de ne trouver aucun billet. Première fois, je crois. D'habitude vous nous avertissez d'un arrêt,
d'une pause intermittente, d'un ralentissement. Celui-là me console, et comment!

Cette petite voix fluette, ce ruisseau de cristal, coule au plus profond de nous et nous nourrit. Quelle alchimie! Quelle source entretient-il et fait-il sans cesse renaître?

Les notes cristallines de la harpe qui l'accompagnent, ainsi qu'ensuite celles de la flûte, et du tambour, m'enlèvent tout mot.

Sauf celui de la gratitude et du merci.

Instant grave de l'attente. Prise de conscience. Présence.

Enivrez-nous encore Vieux Jade!


Vieux Jade 25/11/2010 23:23



Souvent blog varie et bien fol qui s'y fie. Je vous prépare une sorte de bombe. Et je pourrais bien à terme exploser avec. Mais dans ce monde, il ne faut pas trop regarder à son confort.



Miche 24/11/2010 04:19


C'est un très beau texte ... d'une grande justesse.
Oui, il en est ainsi.


Vieux Jade 24/11/2010 07:49



Merci.



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.