Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 20:37

Dans un petit livre d'entretiens : « La philosophie comme manière de vivre », on trouve le récit suivant dE Pierre Hadot, spécialiste des philosophes grecs, de Marc Aurèle et de Goethe, entre autres. Hadot raconte qu’en 1943, jeune intellectuel à la santé fragile, il a été enrôlé par le S.T.O. (Service du travail obligatoire) :

 

« J'ai été placé par le directeur de l'usine, dans l'atelier le plus pénible, où s'effectuait le démontage des locomotives. Nous travaillions au-dessous des machines pour démonter les différentes pièces, terriblement lourdes, en recevant toute la boue sur la tête. Je faisais ce que je pouvais, mais j'étais un boulet pour l'équipe dont ma maladresse faisait chuter les primes de rendement. Les ouvriers ne me le reprochaient pas. En même temps, on m'a fait faire l'apprentissage pour le brevet d’ajusteur, que l'on m'a accordé bien que j'ai dû ajuster mes pièces à coups de marteau, ayant tout scié de travers.

 

Vous n'êtes pas le premier philosophe à avoir travaillé de ses mains : Cléanthe était portefaix, je crois. Mais ajusteur, quel symbole !

J’'ai appris alors au moins une chose importante. Jusque-là, dans mes dissertations, littéraires ou philosophiques ou théologiques, j’avais ajusté, non pas du métal, mais des idées. Dans ce cas, on arrivait toujours, d'une manière ou d'une autre, à s'en tirer. Les concepts sont facilement malléables. Mais avec la matière, les choses devenaient sérieuses. Pas de jeux, pas d'à peu près, pas d'arrangement plus ou moins artificiel. Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de rigueur possible dans les oeuvres de l'esprit. Mais elle est très rare, et il est très facile de faire illusion, aussi bien à soi-même qu'aux autres ».

 

5-0071-1-.jpg 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Narf 06/01/2011 19:24


Heu je corrige!!! Je connaissais un jeune musicien, je le collais pas! C'était un neuveu!!!


Narf 06/01/2011 19:14


Mais Vieux Jade, n'ayez point de regrets! Qu'est-ce qui vous empêche de commencer, le soir auprès du feu, après votre journée de boulot? Sculpter de gros sabots par exemple... je dis n'importe
quoi, ce n'est qu'un exemple!...cela n'empêche pas de songer et de raconter des histoires...Orfèvre des mots, c'est un sacré talent aussi!
J'collais un jeune musicien qui après plein de tournées avec son groupe, où ils excellaient dans leurs arts, s'est reconverti en restaurateur de meubles anciens. Il a passé le concours de l'école
Boule ( Boulle?) et en avant la musique! Il hésitait aussi à se reconvertir en prof d'art martial...un nom compliqué que j'ai oublié, avec une tenue, un sabre, mais pas l'aïkido, autre chose..Sur
ce il a rencontré sa chérie tant attendue et bricole maintenant leur nouveau petit nid! Ha! C'est beau la vie! Parfois!
Vous êtes un orfèvre en mots Vieux Jade! S'il vous plaît! N'arrêtez pas! L'un n'empêche pas l'autre! Il n'y a rien à réussir de toute façon sauf aller vers ce quoi on aspire. Relier le travail
manuel et le travail de l'esprit...humm! quelle belle perspective!! Pourquoi ne pas avoir plusieurs cordes à son arc? Mélanger les genres. Oser les contradictions. J'avais un autre ami
violoniste-maçon ( les gens ne comprenaient pas qu'on puisse être à la fois maçon, manier la pierre et la chaux, et jouer du violon, ni être un homme et avoir les cheveux longs, ni être vieux et ne
pas avoir de cheveux blancs, qui passait son temps à construire et n'était pas matérialiste, qui en plus, avait de l'esprit, écrivait, me lisait des livres à voix haute, magnifiquement, et
chantait, aussi! Tout est permis, à qui s'en donne la liberté.

Avez-vous vu le film Hana bi de Kitano? C'est un film violent mais doux, d'une grande tendresse et humanité ( la vie quoi!) qui retrace un policier qui venge sa femme et son collègue. Celui-ci
s'est retrouvé en fauteuil roulant. On y voit ce collègue, paralysé en fauteuil, se reconvertir en peintre du dimanche, amateur, (on se raccroche à ce qu'on peut! c'est très digne, très noble,
magnifiquement retransmis par le film. Une histoire quoi!)et peu à peu s'y approprier cet art. Magnifique!
J'ai trouvé juste un extrait, qui ne remplace pas la dimension forte du film.

http://www.youtube.com/watch?v=oJJs9CR6nYk

Bon, et si j'm'occupais de mes oignons hein?


Vieux Jade 06/01/2011 20:35



Les oignons vapeur, y a pas meilleur...



Narf 06/01/2011 07:21


La meilleure façon de lutter contre l'illusion, c'est de lui donner réalité: oeuvrer, créer, agir, passer à l'acte, passer de la pensée ou du sentiment, de l'émotion, à l'action, concrète, bien
limitée, mais réelle, elle.


Vieux Jade 06/01/2011 10:52



Si j'avais à m'inventer une nouvelle vie, je voudrais être artisan, ébéniste, émailleur, etc. et non plus branleur de mots et de concepts.



Miche 06/01/2011 04:18


Ah oui !


Narf 02/01/2011 21:17


Tout à fait d'accord! Merci de nous remettre les pieds sur terre, dans la matière. Toute la noblesse des métiers oubliés, de l'artisanat. Bien humble, modeste, mais forte, stable, sûre!
Bon il y a le corps physique ( la matière, les lois de la gravitation. La terre est basse!), il y a l'esprit ( les dérapages sont moins voyants mais on peut parfois aussi s'en prendre plein la
gueule si on n'y réfléchit pas à 2 fois avant d'agir).
Bon déja pas simple de concilier harmonieusement ou d'équilibrer ces deux.
Bon, et le troisième pied nickelé, l'âme, (que vient faire le nickel là-dedans, je me demande!)quand elle s'en mêle, alors....!


Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.