Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 00:00

L'image d'un crucifix dans l'urine réveille les passions. Les immondes medias, toujours bouffis de mensonges pour remplir leurs caisses et relayer les ordres de la coulisse, accusent les chrétiens "intégristes" d'intolérance et de violence. Faut-il être intégriste pour haïr ce genre de provocation, d'exhibition débile d'une image que l'on vénère ? Bien sûr que non. C'est un comportement de défense naturel. Les gens qui se sentent blessés par le salissement de leurs symboles sacrés prennent les armes.  C'est le but.

 

 

Dans la mesure où c'est un acte délibéré, parce que 99% d'entre nous vivent en somnambules, qu'un crétin ait décidé de tremper un crucifix dans sa pisse au fond de sa salle de bains, je le comprends parfaitement. Qu'il se le mette dans le cul si ça lui chante. C'est sa propre affaire avec son propre surmoi, son propre démon. C'est un truc de puceau boutonneux réagissant avec violence aux diktats. C'est aussi con qu'une messe noire. 

 

 

J'ai passé près de dix ans dans les écoles catholiques, et une partie de ma famille était ce que l'on appelle aujourd'hui intégriste. Pas des rigolos. Par extraordinaire, ils n'ont pas réussi à me dégoûter du Christ. Mais ce Christ, pour moi, celui que j'aime, en lequel je me reconnais, et j'espère tout autant qu'il me reconnaît, c'est l'ami des prostituées et des buveurs, un ami de la joie, qui aimait à se recueillir dans les jardins et à indisposer les crétins et les hypocrites. Pas un héros, pas un foudre de guerre, non. Mais celui qui dénonçait les menteurs, chassait les marchands du temple, et soignait les âmes perdues, qu'elles soient romaines, juives ou samaritaines, sans salaire.

 

 

Pas un fou qui cherchait la mort, mais celui qui l'a acceptée comme sa destinée inéluctable.

 

 

Qui disait aux âmes de lever la tête, d'ouvrir les yeux, les oreilles, et le coeur, et de chercher en elles-mêmes le royaume, car ici, dans le décor de ce monde n'est pas le royaume.

 

 

Que le prince de ce monde cruel, vicieux et menteur n'est pas Dieu.

 

 

L'évangile, c'est la "bonne nouvelle". Quelle bonne nouvelle pour le monde que ce déferlement de violence et d'atrocités porté par ces hordes de démons "chrétiens" depuis Constantin. Le Christ pendu devant, en bannière, pour indiquer à celui d'en face le sort qu'on lui réserve.

  

  

La bonne nouvelle, sinistres crétins, ce n'est pas qu'on l'aie torturé soit disant pour nos péchés. Doctrine de fous et de malades. La bonne nouvelle, c'est qu'il est revenu nous dire, nous confirmer que nous ne sommes pas de ce monde, puisque mort à ce monde, il est revenu. Et qu'il faut chercher ailleurs que dans ce piège, en nous.

 

 

Mon Christ n'est pas ce voyeur qui, pendu au bout des croix des armées conquérantes, a regardé impassible soumettre, tondre, asservir, torturer et massacrer des millions d'indiens, de noirs, de celtes et autres gens et femmes de la campagne, cinq millions, dit-on, de sorcières brûlées en son nom, et des foules de cathares brûlés aussi, ou laissés par centaines yeux crevés, nez et oreilles coupés, sous la direction d'un guide borgne (Haut fait de Simon de Montfort, Bram en Lauragais, mars 1211).

 

 

Alors, bien sûr, on a le Christ qu'on choisit, ou peut-être est-ce lui qui nous choisit. Celui des croisés qui emplirent Constantinople de sang chrétien jusqu'au mors des chevaux, avant d'en faire autant de sang musulman à Jérusalem, ou celui des franciscains spirituels brûlés par Jean 22.

 

 

J'en ai connu beaucoup, des "chrétiens", dans ma jeunesse, qui ne pensaient qu'à voler et s'emplir les poches en se moquant du monde. Bourgeois, banquiers, commerçants, tous ou presque. Petits carnages en famille, toute honte bue en façade, gros pourboire à la messe, qu'on entende bien tinter les pièces, et le curé à bouffer le dimanche à midi. C'est classique à un point que c'en est désespérant. Oh, ça existe partout, chez les juifs et les musulmans aussi, bien sûr. Ca n'a pas tué le Christ en moi, tout au moins, je ne le crois pas. Lui seul le sait.

 

 

 

Je trouve cette affaire stupide, répugnante et consternante, propre à susciter encore plus la haine et l'esprit de vengeance. Mais je crois que l'immersion dans ces âmes rapaces qui se prétendent chrétiennes et qui depuis deux mille ans mentent, crachent à la figure des pauvres et s'essuient les mains sur les femmes qui passent à la portée de leurs griffes puantes a du lui être beaucoup plus éprouvante qu'un séjour momentané dans la pisse d'un crétin en mal de notoriété ou de guérison fût-elle par le sacrilège.

 

 

 

Les saloperies qui se passaient dans les chambres à coucher où dormaient ensemble l'avarice, la bêtise et la haine, et d'autres démons, où il était là, dos au mur, ça devait pas être trop folichon non plus.

 

 

Alors, le foutre dans la pisse...le problème, finalement, c'est que c'est sorti de la salle de bains de l'abruti, pour gagner la face du monde.

 

 

L'acte diabolique est là. Car, étant un acte de guerre il débouche nécessairement sur la guerre.

 

 

Encore une fois, on retrouve la CIA dans l'ombre de cette sale manoeuvre. Ce pourrait être le Mossad, ou n'importe quelle officine destinée à apporter le chaos et la confusion dans les esprits. C'est gagné.

 

 

 

C'est donc l'image immonde de la torture que nous infligeons à tout ce qui existe dans ce monde qu'un fou a plongé dans la pisse ?

 

 

 

Mais le Christ, pauvres aveugles qui ne voyez rien d'autre que la pourriture du cancer qui vous ronge le coeur, il s'en fout. C'est une image culpabilisante, de peur, de terreur, de choc et de haine qu'on y a mis dans la pisse, pas le Christ.

 

 

Une image, une idole, de celles que le dieu de la Bible auquel vous vous référez sans cesse ordonnait de brûler. Et vous vivez parmi les idoles, partout. Les saints, la vierge, les politiques auxquels vous donnez votre foi, votre cher patrimoine, vos terres, votre histoire familiale, votre histoire personnelle, vos gosses, vos bagnoles, autant d'idoles qu'on devrait plonger dans la pisse afin qu'elle les corrompe, et que vous ayiez une chance de sortir des ténèbres de ce monde.

 

 

Si c'était vraiment le Christ qui vivait dans vos coeurs, et non les serpents de la haine et de la colère, on n'aurait pas entendu ces menaces de mort. Le Christ, me revient-il, a fait remettre l'épée de Pierre au fourreau.

 

 

 

Maintenant, qu'on ne m'accuse pas d'être antichrétien : j'en ai autant pour les musulmans qui revendiquent l'esclavage des femmes jusqu'à la lapidation et pour les juifs dont beaucoup ressemblent encore trait pour trait aux pharisiens, prêtres et marchands que le Christ appelait : fils de Satan.

 

 

Les autres ne valent pas mieux : fripons bouddhistes, foutus taoïstes, indouistes et animistes vautrés dans les minables sorcelleries, pour toujours obtenir une parcelle de cet immonde trésor : le pouvoir en ce monde.

 

 

Et parce que mon coeur penche largement de ce côté, voici ce que disaient les Bons Hommes qu'ont brûlé les meutes de Montfort au début du XIIIème siècle :

 

 

"Chacun de nous, ici, est un temple vivant. Quel besoin de construire des cathédrales ?

Dieu est là, dans nos corps. Il suffit, pour le voir, de fermer les yeux sur le monde.

La croix ? Un outil de torture. Crachez sur elle et tournez lui le dos.

Blasphème ? Si on avait cloué ton fils sur l'arbre de la place, honorerais-tu cet arbre ? Te prosternerais-tu devant lui ? Porterais-tu son image autour du cou  son image, dévotement ?

Qui blasphème ?

Nous, qui détestons les tourments que Jésus-Christ eut à souffrir, ou ceux qui portent aux nues l'instrument de son supplice ? Ceux-là, en vérité, sont les ouailles du diable. Ecoutez-les tonner qu'il faut demeurer chastes tandis que leurs catins chauffent leurs édredons. Voyez-les, gros et gras, les doigts ornés de bagues, exigeant vos trois sous, pour le plaisir de Dieu, prêchant la charité sur leurs sacs de blé tendre et laissant vos enfants disputer aux chiens les os de leurs ripailles.

Des bergers, ces gens-là, ou des loups sans vergogne ?"

 

Henri Gougaud, les Cathares, Points 1969.

 

 

 

 

 

 

 

PS : vue la toxicité du sujet, je ne répondrai aux commentaires que si ça me chante. Et je foutrai à la poubelle également ce qu' il me plaira.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans extrême
commenter cet article

commentaires

Alix 06/05/2011 20:54


Salut vieux Jade,

ça me rappelle salman rushdi lorsqu'il a écrit les versets sataniques, ça avait fait quelques remous à l'époque, et je me souviens m'être interrogée et pourtant le sujet était différent, mais était
ce si différent???



j'ai regardé ce fait divers la croix trempé dans la pisse comme un fait divers, pas plus émue que la plupart des conneries qu'on nous sert tous les jours, le mec il a du vouloir dire quelque
chose..., mais pas plus interrogée que ça...?

Pourquoi j'ai pas la réponse ou peut-être que je ne me laisse plus aussi facilement embarquée par les histoires des autres, je m'en fou,

j'ai simplement constatée que je ne croyais plus en dieu depuis longtemps, et que pourtant j'aimais le Christ, son enseignement, que j'aimais tous ces christs nombreux qui peuplent la terre, qu'on
trempe tous les jours dans la pisse, oui c'est choquant tous les jours...

Alix


Vieux Jade 07/05/2011 08:05



Des millions de Christ foulés aux pieds chaque jour, oui...



Larmuse 23/04/2011 22:27


Exactement ça Vieux-jade..repris en coeur dans les réunions des alcooliques anonymes...


Narf 22/04/2011 19:01


Très bien parlé Larmuse. Bisou à toi!


danielleg 22/04/2011 13:25


Toute la sagesse du monde contenue dans cette prière!
Rien d'autre a ajouter!
Jolie journée a tous.


Larmuse 21/04/2011 21:39


Bonsoir M. Vieux-Jade..la pleine lune m'a fusillé moi aussi!
Prière de la sérénité
(bien connue des alcooliques anonymes)
Mon Dieu,donnez-moi la sérénité d'accepter les choses que je ne peux changer,
le courage de changer les choses que je peux
et la sagesse d'en connaître la différence.
c'était juste un bisou en passant.


Vieux Jade 23/04/2011 11:58



Bonjour,


C'est en fait une prière de l'empereur Marc Aurèle, si je me souviens bien.



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.