Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 17:47
Merci à Yamma qui me passe ce dessin animé qui serait de Walt Disney, "la petite fille aux allumettes" dont le conte est d'Andersen, si j'ai bonne mémoire.
La fin est un peu bâclée.
 
Encore une convergence, car je cherchais ce matin le numéro d'Achille Zavatta dans lequel ce grand bonhomme mimait un clochard en train de faire semblant en bouffant des croutes de pain de s'envoyer un repas de roi, et qu'on voyait sur les écrans noir et blanc dans mon enfance aux environs de Noël. Ce truc poignant est introuvable, hélas. Et juste à ce moment, Yamma m'envoie ça.
De Zavatta, j'ai trouvé ça :
Et ça aussi. Notez la tendresse entre Achille et sa femme.
Pour finir, un dessin qui résume la situation planétaire actuelle d'une manière saisissante :
 ronde_capitaliste-e9dd9-1-.jpg

Trouvé ici.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Miche 13/12/2010 04:08


Lol, enfant j'ai lu ce conte et bien d'autres histoires...
Les petites filles modèles de la Ségur, m'agaçaient beaucoup, pour cette autre petite fille une infinie tendresse...
On pourrait croire que la littérature, maintenant les vidéos et autres supports, forment la psyché de l'enfant, je pense que de tous temps nous allons vers ce qui nous ressemble, nous touche,
résonne sur la même bande... nous appelle vers notre propre compréhension


Vieux Jade 13/12/2010 07:36



Comme les vagues reviennent toujours sur la plage.



Narf 10/12/2010 20:47


Je trouve ce conte triste, car un enfant, forcément, ça devrait toujours être entouré, protégé.

Un adulte peut plus facilement gratter une allumette, rallumer le feu, quand il fait trop froid dans sa vie.
Un adulte, ça a le choix, c'est responsable... mieux vaut gratter une allumette et éclairer une bougie, si petite soit-elle, que de se plaindre du noir ou du froid...

Quoiqu'à y réfléchir...(un tout petit peu)... les enfants ont cette capacité d'y croire, bien plus facilement et spontanément que les "grands"... ils ne séparent pas le rêve, le fantastique, le
merveilleux, de la réalité de la vie...

En grandissant, si on n'y prête pas assez attention, cette capacité s'amenuise... parfois la vie use...


Vieux Jade 11/12/2010 09:17



Mais la magie est permanente, derrière les pires décors. Ce n'est cependant pas une raison pour accepter le pire. Au contraire, même.



Narf 10/12/2010 20:31


Je n'ai jamais compris comment on avait pu créer ce conte pour des enfants...trop triste! Comme la fable du loup et de l'agneau de La Fontaine...

Cette version du conte d'Andersen est vraiment pleine de poésie et d'une bien belle musique! Pouvoir de l'imagination, de créer du tout à partir de rien ou presque...

Zavatta! Grands éclats de rire!

Un jour, Achille est venu faire réparer sa voiture dans le garage de mon père. Et oui! même les grands artistes peuvent tomber en panne! ( Cet aprème, j'ai voulu sortir de ma voiture et la poignée
de la portière m'est restée dans la main...un monsieur qui passait par là et auquel j'ai fait signe, m'a gentiment ouvert la portière. Puis, il a rajouté... après avoir étudié la poignée..."la
prochaine fois, vous n'aurez qu'à fire descendre la vitre et ouvrir de l'extérieur...". "Mais oui! Suis-je bête! Je n'y avais pas pensé!" ai-je répondu en riant en imaginant qu'il s'imaginait que
s'il ne m'avait pas ouvert, je serais restée coincée toute la nuit jusqu'à qu'un sauveur passe par là...) Bref!

Quand Achille est revenu chercher sa voiture, nous étions là, bien sûr, mes frères et moi, pour rien nous n'aurions manqué ce clown qui nous faisait tant rire...déception....il ressemblait à un
adulte, séreiux, normal (même pas le nez rouge), comme les autres clients...nous a bien dit bonjour et quelques mots...mais aucune magie...nous n'étions pas morts de rire.

J'avais 11 ans et j'apprenais la vie. Plus tard à 18 ans même déception en découvrant la biographie de Jacques Brel que j'adorais... heu entre l'homme en vrai et l'artiste, il y a une certaine
distance. Depuis, je ne mélange plus l'espace de la scène et la vraie vie.

Bon, ça n'empêche pas pour autant de rêver, ou de s'accrocher à ses rêves, encore plus, en connaissance de cause!

Merci merci pour ce billet Vieux Jade ( et Yamma!)!

Bons rêves à tou(te)s!!!!!!!


Vieux Jade 11/12/2010 09:16



Les contes tristes c'est pour émouvoir, faire prendre conscience que la vie n'est pas un fruit tout en sucre.


Des contes gais, des contes héroïques, des contes tristes, pour tous les aspects de la vie.



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.