Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 10:01

11 avril 2010 033

 

Nous existons comme les mouches, pendus par la force de gravité à la surface de la bulle. Beelzébuth, notre dieu, est le seigneur des mouches. Tout est inversé, comme le dit la Table d'Émeraude : ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, inversé.

 

Même saint Paul, ce faussaire esclavagiste le dit : la sagesse des hommes est folie aux yeux de Dieu.

 

Et Lewis Carroll nous montre le chemin pour traverser le miroir, ce qui est un exercice "ésotérique" classique.

 

Traverser le miroir, c'est un début. Mais, derrière ?

 

Tout est inversé. Tout ce qu'assène la sagesse des hommes ne vaut plus rien. Sauf qu'avant de parvenir au monde inversé, il faut traverser les mondes intermédiaires, où tout est mêlé.

 

Après saint Paul, je vais citer un livre édité par une autre personne qui m'inspire de la méfiance : Jovanovic. Ce livre, c'est Farnese. Impressionnant récit de pérégrinations post mortem. Quoi de plus propre à susciter l'espérance, et donc la méfiance ?

 

Dès que nous passons derrière, rien n'est sûr. Le monde intermédiaire est le monde des déchets, la poubelle des échecs et des avortements, dans lequel des créatures avides et perdues cherchent à la fois des proies et le salut.

 

Leur pouvoir est surtout basé sur la séduction et la traîtrise. Les media qui appartiennent sauf exception au monde du mensonge ont bien compris la soif profonde des hommes, soif de connaissance et d'amour.

 

Ce monde menteur nous repaît de livres, de films dont la justesse partielle nous séduit, pour mieux nous empoisonner. Appétissant, sucré, fascinant, rafraîchissant...soporifique. C'est la vieille histoire de la pomme, d'Eden ou de la reine Maléfique.

 

Les foules se ruent avidement sur tout ce qui transporte et émeut, sans comprendre le plus souvent le vrai sens de la fable. Les foules hantent le labyrinthe et s'y cognent aux murs en pleurant.

 

Et pourtant, s'il y a une sortie, elle n'est pas forcément dans ce qui est émouvant et beau. Pas dans le miel et le sucre. Pas dans ce qui fait grossir.

 

Elle est derrière. Il faut passer à travers la glu épaisse des émotions, les pointes acérées du mental, les faux aiguisées du désir, les horribles fantômes de la peur pour parvenir au trésor qui est là, depuis toujours.

 

Et continuer sans le prendre, car c'est encore un leurre.

 

Tant qu'il y a quelque chose à prendre, ne serait-ce qu'une consolation, une mince compensation, le rêve continue.

 

Pour passer, il faut tout accepter. Tout perdre, et plus. Perdre même l'acceptation de la perte.

 

Le mot gain est comme le mot gaine. Surface, enveloppe.

 

Perdre, c'est PER-D-RE : à travers - la porte (dalet) - le retour. 

 

C'est la vieille histoire du singe qui passe la main dans le col d'une jarre pour y prendre une pomme. Lorsqu'il veut la retirer pleine, la main ne passe plus.

 

Pleine d'illusions, de satisfaction, de justification, de consolation, d'espérance et de certitudes, la main reste dans la jarre. Et l'homme dans le rêve.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans sauvages
commenter cet article

commentaires

LLéa 30/11/2010 17:02


Bonsoir ,


Mais "moi", c'est qui ?

Réponse de Vieux Jade aujourd'hui à 07h51


Jade

En admettant avoir compris ton interrogation.

Toi c'est toi et moi , c'est moi !
Je sais qui est moi , mais c'est a toi de savoir qui est toi ! Personne ne peut le faire a ta place ! Est ce si difficile de se donner tel que l'on est ?

Est ce que ton toi dans la vie de tout les jours est identique a ton toi que tu tentes de faire passer ?

En étant en accord avec soi même , l'on sait qui on est . Etre soi , seulement soi , et pas une image que l'on désirerais véhiculer . L'acceptation du soi , de ce qui entoure , accepter aussi les
rejets , les critiques , etc ....Pourquoi tout compliquer , alors que la simplicité donne une sérénité extrème .

Je reviens a Narf , avec le pile ou face , cela passe ou casse .

Oui , mais la vie n'est pas un jeu , et la pièce aura beau tomber sur pile ou sur face , c'est que cela devait être ainsi !


Bisous , Léa .


Vieux Jade 30/11/2010 17:51



Oui, pas compliquer. Mais c'est multifacettes, un moi. Jamais pareil. Une maille à l'endroit, une maille à l'envers. Mais pas se casser la tête, je suis d'accord.



Narf 30/11/2010 07:30


http://www.youtube.com/watch?v=K0YVNoe8mMc

Bonne journée !


LLéa 30/11/2010 00:44


Hello ,


Belle phrase , "soyez vous même" . Point barre . Cela passe ou cela casse ! Dit on !

Soyez vous même , avec respect pour vous et les autres .


Bonne nuit , bisous , Léa .


Vieux Jade 30/11/2010 07:51



Mais "moi", c'est qui ?



Narf 30/11/2010 00:11


Hey! Madeleine! J'ai cru comprendre que tu avais arrêté ton blog ( Dis-moi si je me trompe!)...c'est pour ça que je n'y suis plus retournée...sinon, j'y serais revenue cueillir quelques fleurs
comme j'en cueille dans la nature en me promenant ( j'adore les surprises!) ou sur des blogs, comme sur celui-ci entre-autre.

Madeleine..tu t'ennuies... quel dommage! Pouquoi te priver de ce plaisir de créer, d'oeuvrer? Tu nous prives. sans nous obliger. Nous pouvons aller voir ailleurs bien sûr!

Je te comprends... quelle force incroyable inquiétante
anime ce blog? Etant complètement à croc, heu accro, moi-même, combien je te comprends!

Le pauvre égo s'en prend encore un coup sur la tête! Ben oui, à parler à la première personne, on prend de sacrés risques... et pourtant... quand c'est sincère, honnête, quoi de plus beau qu'un
sentiment, une émotion, un ressenti, simplement exprimé, offert, partagé.
Se dire, se mettre à nu, c'est un risque de se dévoiler, dans toutes ses imperfections bien sûr!

J'adore ce blog et devenir dépendant est un sacré dilemne... mais je me sens libre et respectée. Cela peut changer demain! Et j'admire aussi la patience et la tolérance de Vieux Jade.
Je ressens la mesure,l'équilibre de Vieux Jade, et cela me rassure. Quand cela m'inquiètera, je partirai. J'irai voir ailleurs.

J'ai moi-même ( encore un égo qui l'ouvre!) écrit à Vieux Jade qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il semait. Et qu'il était bien dépassé par les évènements qu'il engendrait. Comme toute création,
toute chose crée, donnée au monde, qui se dtéache de son créateur.(Je ne lui apprenais rien, mais besoin de lui dire). Ce soir, par exemple, j'ai envoyé cet article à ma fille car il tombait pile
poil dans le sujet de nos échanges de mails de ce jour. C'est ma fille, elle en fera ce qu'elle voudra bien sûr. Peut-être rien. Peut-être....(Heu Léna, je t'ai envoyé la page pour l'article. Je
n'avais pas prévu ces commentaires. Mais cela peut t'intéresser aussi!)

Quand aux dvd dont Madeleine reparles, j'étais heureuse que le sujet s'éloigne un peu. Je me sens entièrement seule responsable. C'était mon envie à moi seule ( ça l'est toujours , y'a qu'à voir
mon com sur Ecce Homo). Je savais bien que j'allais embrouiller VJ avec ça! Mais d'un autre côté, je me disais qu'à le faire pour moi, ça pouvait intéresser d'autres personnes. Projections de mon
petit égo, bien sûr, mais parce que je crois que dans le fond, nous ne sommes pas si différents malgré nos différences et nos égos divers. Et mettre un truc marchand ( je ne suis pas riche au point
de l'offir, ni Mère Thérésa!)sur ce blog ne m'inspirais rien qui vaille! Mais comme je l'ai dit à VJ, je ne lui dois rien, et je ne me sens tenue que de faire ce que je veux et ce que je peux!

Et je me retrouve confrontée au col du vase comme le singe, qui a passé la main vide mais ne peut la ressortir pleine.

Bon Dieu! La vie est un immense piège! Mais je l'aime quand même!

Et encore Madeleine... pour te dire combien je te comprends mais combien je ne suis pas d'accord avec toi: ce qu'insuffle VJ, c'est ce courage de dire, de créer, de saisir la vie dans toutes ses
facettes, avec humour, amour, poésie, art, honnêteté, humilité aussi. A nous de suivre l'exemple! Il sera le premier à nous lire, si nous lui adressons nos mots. Plaisir de l'échange, du
partage.

@ Vieux Jade! Putain surtout gardez votre égo! Votre égo bien limité, bien humain, bien plein de défauts....bourré d'erreurs, de crasse, de colère, d'orgueil, de fierté, de foi, de courage, de
culture, de faux-semblants, de vérité et de vérités....putain, soyez vous-même et continuez de l'assumer aussi bien que vous l'avez fait jusqu'à présent! Vous me libérez de tous ces discours de
donneurs de leçons et de vérité, de recettes bien séduisantes et bien ficelées...oui vous n'etes vraiment pas parfait Vieux Jade, mais vous créez, oeuvrez, réagissez, ouvrez votre gueule, partagez,
vibrez, vous êtes humain... et ça fait du bien de croiser un humain, bien limité mais réel, si généreux. Et surtout, vous êtes vous-même! Merci! De cette intégrité. Et puis l'esthétique de votre
art prouve bien votre humilité Et cela ne trompe pas.

Excellente nuit à tou(te)s! Et à demain!!!!!


Vieux Jade 30/11/2010 07:49



Oui, c'est pas moi ce truc. Mais ça ne me dérange pas.



Madeleine 29/11/2010 20:11


Je ne dirais pas escroc (je ne le pense pas) mais prédateur au service de ton égo, dans le sens où tu multiplies les signes: ton histoire de DVD avec souscription (sic), ta façon de parler de
sujets où les gens sont moches pour tout de suite montrer combien toi tu es un type bien dans la même situation, aussi quand tu parles des mots-clés des stats, du nombre de tes lecteurs, etc.

Moi je ne suis pas maso mais je m'ennuie. En tous cas aujourd'hui. Donc je suis venue un peu m'occuper sur ton blog, c'est aussi une forme de prédation, celle de tes lecteurs que tu divertis...

Salut vieux Jade, réfléchis à tout ça ;-)


Vieux Jade 30/11/2010 07:46



Je passe ma vie à réfléchir. C'est quand je ne réfléchis plus que j'écris.



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.