Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 13:33

 

Notre Dame de l’Assomption, la noire cathédrale de Clermont-Ferrand, est faite de lave refroidie. Assemblage de blocs de pierre et de feu sombre, elle multiplie les vitraux à dominantes bleue et rouge, qui lui donnent un éclairage intérieur unique, proche du violet.

 

C’est dans cette ville que Blaise Pascal a vécu un instant mystique dont la relation fut trouvée cousue dans son manteau après sa mort.

 

Ironiquement, sa maison natale fut détruite en 1866 lors de la rénovation de l’église.  

 

   

Son entrée Nord est surmontée d'une énorme horloge du XVIème dite "à Jacquemart" que dominent trois statues : au centre TEMPVS, flanqué à droite de MARS (le Jacquemart), à gauche de FAVNVS.

 

Tempus, c'est évidemment Saturne ; peut-être aussi la Lune, qui a toujours été mise en relation avec Saturne. L’une et l’autre désignant une clôture. Mars en slip, botté et casqué, armé d’un marteau, son arme éponyme, c’est la guerre incessante qui s’oppose au repos, la cadence ; Faunus, avec ses jambes de satyre, c'est Pan, la Nature créée, Natura naturata, une autre ennemie du repos, toujours agitée par la fièvre des désirs, sexuel ou de dévoration.

 

Ce trio masculin, sans la moindre poussière féminine, diamant sans crapaud, décrit précisément les conditions de la vie terrestre : soumise au Temps, dans le monde de la génération utilitaire et de la compétition.

 

Ces derniers temps, ma rêverie m'a amené à réfléchir à la terrible puissance martienne qui régit nos existences. D'une poigne de fer, les tyrans, militaires, capitalistes, socialistes, universitaires, corporationnistes, religieux, asservissent les peuples, broient les familles, écrasent l'humanité. Partout les trois dieux noirs triomphent et renversent les obstacles à leur domination totale.

 

Gagner du temps, perdre son temps, temps de travail, record du monde, plaire, séduire, vendre, acheter, produire, gagner, gagner, refuser de perdre, créer, accumuler, épargner, dépenser, courir, courir jusqu’à l’épuisement, de soi, de l’autre, des ressources, ces expressions sont de ce monde.

 

Le communisme sous des prétextes de justice et de paix marchait l'étoile rouge au front, rouge comme Mars (j'allais écrire Marx), écrasant sous le marteau et nivelant à la serpe (lunaire, comme le pseudonyme Lénine/Séléné/Helléné d'un buveur de sang qui se vantait de sa terreur) quiconque levait les yeux vers le haut. Comme le géant Procuste, le communisme scie les jambes de ceux qui sont trop grands, quand ce n’est pas leur tête. Évidemment, ça concerne plutôt la tête et les jambes de ceux qui ont encore quelque souvenir que nous ne sommes pas d’ici, les autres étant au bout du manche.

 

Telles étaient les conditions sous lesquelles nous avons été solidement maintenus, et le demeurons encore. Mars exerce une influence verticale qu'illustre nettement la pyramide, comme la trajectoire du marteau.

 

Mars aime les chefs serviles, vénaux et cupides, et les esclaves soumis. Un monde purement martien ne peut cependant subsister car il ne laisse aucune place à l’amour. L’autre n’est jamais sous son règne qu’un ennemi ou un instrument de pouvoir. Concurrent ou esclave, dominant/dominé, tel est le choix.

 

Mars faisant fonction pour Saturne d’ouvrier de la mise à mort, de la limitation, il lui est adjoint Faunus comme pourvoyeur de la génération. La nature accouple mâles et femelles pour assurer indéfiniment le remplacement des déchets par de nouveaux modèles toujours identiques.

 

Même si par l’un de ses aspects, la sexualité, on peut rattacher Faunus à Venus, il ne s’agit ici que du sexe utilitaire destiné à recharger le stock d’esclaves. 

 

C’est ce monde infernal que représente l’horloge de ce temple. Le monde soumis à ces trois nécessités : durée, désir et guerre.

 

Nous y sommes tous jetés, et l’avons tous à traverser.

 

L’horloge surmonte l’entrée, comme figurait à la porte de l’Enfer de Dante l’ avertissement suivant : « Toi qui entres ici, abandonne toute espérance ».

 

Ce constat cruel n’empêche heureusement pas d’avancer dans le noir, et de réfléchir. C’est à la graine jetée en terre qu’il s’adresse, pas au germe qui dort en elle. Que le « toi » abandonne toute espérance, mais que de sa coque brisée sorte en un jaillissement un nouveau cosmos, tel est le but.

 

C’est la raison pour laquelle il y a au mur d’en face une immense et prodigieuse rose qui expose/explose en un octogone éclaté le potentiel énergétique exponentiel de la lumière.

 

 

Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption, Rosace Sud Credit: Filoer

 

 

Cette rose, comme toute chose, est en l’œil qui la contemple. Tu es Cela. 

 

Jetés pêle-mêle sur le fumier terrestre, nous avons tous le choix de nous laisser aller là où les coups nous poussent, de nous laisser manger, comme du bétail, pour être recyclés, ou de prendre l’essor vers les étoiles.

 

Malgré les « guerres et rumeurs de guerre », et maintenant (en attendant la prochaine) que les phantasmes d'anéantissement liés à l'exploitation commerciale et malfaisante de la peur sont derrière nous, on peut plus calmement remarquer de très nombreux signes indiquant que la tutelle de Mars est sur le déclin, ce qui explique sans doute la frénésie meurtrière qui s'empare des puissants sur le déclin et des clans restés sur la lancée de cette logique d’appropriation.

 

De nombreux indices convergents rendent plausibles – je n’irai pas au-delà de ce mot, car rien n'est jamais sûr – l’émergence d’un nouveau continent humain, d’une nouvelle donne, d’une autre société. Les doctrines du nouvel-âge, malgré les dérives émotionnelle et mentale et la désinformation politique et marchande ont donné des pistes. Il n’y a pas de fumée sans feu, même quand la fumée est polluée.

 

Pour ma part, j'ai donné ici une vision personnelle d'un flot d'énergie qui se déverse sur le monde, sur les remparts des hommes, et les renverse.

 

Une autre énergie arrive, qui sape les anciennes fondations. Cette énergie n’est pas martienne. Contrairement au marteau qui écrase et façonne, elle dissout et nivelle. C’est une énergie positive. C’est comme la force du printemps.

 

Dans ma vision, les hommes, comme des fourmis, s’affolaient et cherchaient à reconstruire leurs murailles dévastées, sous le flot qui les ruine constamment.

 

C’est difficile, bien sûr de voir s’effondrer les notions qui ont toujours abrité nos individualités chancelantes, les toits de nos obscurs taudis mentaux.

 

C’est dur pour le Bernard-l’hermite de quitter sa coquille vermoulue pour faire face à l’immensité, et de prendre un nouveau chemin.

 

L’un des noms du Christ est Lucifer , un autre nom de Venus. C’est cette lumière, cet acide bienveillant qui se déverse continuellement et dissout les racines de fer de ce monde rouillé, sclérosé, bâti sur un modèle qui craque de toutes parts, dont presque plus personne ne veut, hors quelques vieux parasites minéralisés.

 

C’est la force de Venus sublimée qui irrigue ce nouveau monde. La rose (dite aussi « roue ») illustre l’expansion, le don, la générosité, et, osons le mot : l’Amour.

 

Ayant déjà cité l’un de ses vers terribles, je finirai par ces  mots lumineux de Dante,  

 


« Tel que le géomètre qui tout entier s’applique à mesurer le cercle, et, pensant, ne trouve point ce principe 18 dont il a besoin ; tel étais-je à cette vue nouvelle ; je voulais voir comment l’image convient au cercle, et comment elle y a son lieu ; mais point n’auraient à cela suffi mes propres ailes, si mon esprit n’eût été frappé d’un éclair par lequel s’accomplit son désir. A la haute imagination ici manqua le pouvoir 19 ; mais déjà, comme une roue mue également 20, tournait mon désir et le vouloir, 21l’Amour qui meut le Soleil et les autres étoiles. »

 

 

Une dernière remarque : Dante a publié "le Paradis" en 1321.

Mes connaissances en histoire de l'astronomie sont quasi nulles.

 

 Galilée (et pourtant, elle tourne !) est né en 1564.

 

Il me semble anachronique que Dante puisse écrire cette phrase qui semble si banale : "le Soleil et les autres étoiles", car je doute qu'au XIVème siècle quiconque considère que notre système solaire soit une étoile parmi d'autres.

 

Je serai reconnaissant à toute personne qui puisse apporter un éclairage là-dessus.

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans légumes verts
commenter cet article

commentaires

roro 17/01/2013 23:59


DIEUDONE s'est suicider ??


Non?


vais me renseigner,mais si c'est vrais c'est vraiment pas un suicide.

Madeleine 07/01/2013 18:48


Ah oui, je voulais dire ça quelque part: deux acteurs français qui se suicident médiatiquement et qui s'appellent de par Dieu et Dieu donné, je trouve ça interpellant

Le 21e siècle sera spirituel ou ne sera pas...


 

Vieux Jade 08/01/2013 09:22


" "It is true we cannot be free of the past, but it is also true that to identify ourselves with the hates and strifes of the ancients, is merely to retrogress from the path of progress. On the
contrary, our duty should be to identify ourselves with all that is good and beautiful and true in the past, and so gleaning it together, bind it into a sheaf of corn that, when ground in the mills
of common-sense and practical experience, may feed the millions of every denomination who for the most part are starving on the unsatisfying husks of crude dogmatism. There is no need for a new
revelation, in whatever sense the word is understood, but there is every need for an explanation of the old revelations and the undeniable facts of human experience. If the Augean stables of the
materialism that is so prevalent in the religion, philosophy and science of to-day, are to be cleansed, the spiritual sources of the world-religions can alone be effectual for their cleansing, but
these are at present hidden by the rocks and overgrowth of dogma and ignorance. And this overgrowth can only be removed by explanation and investigation, and each who works at the task is,
consciously or unconsciously, in the train of the Hercules who is pioneering the future of humanity." :)


Madeleine 07/01/2013 18:30


La bise au cinéma, je voulais dire dans les films ;-)


 


 

Madeleine 07/01/2013 18:24


Sans Chronos au poignet, combien de rendez-vous vénusiens ratés... et puis les hommes ne rechignent pas toujours à incarner le symbole graphique de Mars... quant à Faunus, on serait morts de faim
depuis longtemps sans lui !






Blague à part, on voit de plus en plus d'amis se faire la bise au cinéma (incongru voire choquant il y a 50 ans), les hommes deviennent de plus en plus bavards et même certains se rasent sous les
aisselles (très mauvais pour la régulation de la transpiration, soit dit en passant) donc, oui: Vénus est revenioue ! Le "basculement des pôles" attendu ?

En tous cas je suis hyper fan des travestis, ces hommes-femmes bien plus équilibrés que la plupart des hommes-hommes, et vivement des hommes en jupe ou en robe dans les rues de France, comme en
Ecosse ou au Moyen-Orient ?

Bise et lumineuse année 2013 à tou(te)s et tou(te)s.


 

Séléné 06/01/2013 22:56


Galilée étant un initié, il "savait" donc ce qui est (était) caché au commun des mortels !


 


Très bel article digne du meilleur manuscrit .

Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.