Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 23:03

Texte publié pour la première fois en mars 2010, qui résume encore la pensée qui m'est accordée :

     

 

Je crois, parce que j’en ai fait l’expérience, que nous sommes des étincelles émanées d’un puissant soleil spirituel ;  

 
Je crois parce que cela m’a été montré que nous sommes des éclaireurs de ténèbres et que parfois, s'y nous n'y prenons pas garde nous pouvons nous y dissoudre ; mais peut-être pas...

 

Je crois parce que j’en ai fait l’expérience qu’une prière qui nous embrase avec la force du désespoir amène un secours immédiat ; j’en déduis donc que nous ne sommes jamais seuls ni abandonnés ;

 

Je crois qu’ici-bas nous sommes en enfer, pour une raison qui ne m’est cependant pas claire ; mais je crois, parce que j'ai déjà vécu des moments où soudain tout devient clair, que cette obscurité n'est qu'illusoire et passagère ;

 

Je crois, car cela m’a été exposé avec netteté que le chemin de notre Retour n’est autre que celui de notre venue, inversé ; c'est l'histoire du Petit Poucet ;

 

Je crois, parce que l’observation du monde depuis une certaine altitude le rend évident, que cet enfer est gouverné par Satan, qui est une force centripète, et que s’il a de nombreuses permissions, il n’a aucun pouvoir réel sur nous, sauf celui que nous lui accordons par ignorance ;

 

Je crois que la connaissance et l’expérience du mal, de la séparation et de la souffrance nous ramènent à la connaissance et à la quête de notre Retour vers notre Père/Mère ;

 

Je crois que le principe de ce monde est diabolique, c'est-à-dire qu’il résulte d’une séparation, d’une fragmentation ou d’une explosion et que s’en extraire ne peut se faire que d’une manière symbolique, c'est-à-dire qui en réunisse la part visible et la part invisible ;

 

Je crois que toutes les créatures tombées ici souffrent comme nous, et que toutes seront purifiées, réunies et sublimées à l’issue de leur périple ;

 

Je crois que le temps n’existe pas, car cela m’a été montré ; et que la flèche du temps est parfaitement illusoire, ainsi que son sens ;

 

Je crois que la création entière est une sorte de sommeil, de rêve, d’hallucination, de coma ou de mort, de film, et que le réveil est toujours imminent ; et je m'étonne que les humains accoutumés à toutes sortes d'hallucinations visuelles et sonores depuis l'invention du phonographe et du cinéma n'y songent jamais mais y croient dur comme fer ;

 

Je crois que le Retour est en cours pour tous, et qu’on peut le concevoir comme le second temps de la respiration Divine ;

 

Je crois cependant que ce Retour est personnel et individuel, au moins jusqu’à un certain point, et que le Retour de chacun est intimement lié au Retour de tous, mais de ce dernier point, je ne suis pas certain, car comme beaucoup j'ai été atteint par la flèche de la culpabilité et de la responsabilité collective. Et j'ignore si cette flèche est empoisonnée ou non.

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans 2ème service
commenter cet article

commentaires

visit us 25/02/2014 13:03

That is a relevant thought for the day that the principle of this today world is evil, we all experience the same kind of segregation, separation and the bad treatment and classification. Thank you for sharing these thoughts. Thank you.

LLéa 18/08/2013 20:06


Hello,


 


"Contente de te retrouver
sur la matrice."


 


Ayé, Hélios a laché le mot fatal!


 


Suis heureuse de te (re) trouver, mais aurais préféré ne pas!


Jade, n'y voit aucun ombrage, ce n'est que pour te protéger ....


 


Grosses bises, 

Vieux Jade 18/08/2013 20:28



Bo, je suis grand, maintenant. Le loup va pas me manger, j'espère.



atmosphère 14/08/2013 23:26


VOUS ME MANQUEZ, MONSIEUR JADE. JE PENSE A VOUS.


PLEIN DE BISOUS ET QUE LA VIE LONGTEMPS VOUS SOIT DOUCE.


AMITIE DU SUD-OUEST DE LA FRANCE DE LA PART D'ATMOSPHERE


 


 

Vieux Jade 15/08/2013 15:58



Merci. Je reviens d'une apnée. Ecrire m'est très difficile. Pourtant j'ai 1000 choses à dire. Alors, ça sera peut-être au compte-gouttes.



dédé la sardine 12/08/2013 15:56


"Sous réserve que je ne sois pas abusé par mes sens ou mes préférences; je préfère dire : je crois"


Si c'est de "grandir" dont vous parlez, alors croissez paisiblement :-p

Ned 12/08/2013 15:21


Le Loup  la HAUT ? Il est assez facile de l'aprivoiser je CROIS ?


Mais la - BAS il y a le diable et lui il est capable  de se déguiser même en ange de lumière ! (noire ou blanche!)


 

Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.