Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 17:11

 

oleron-2009-078.jpg

 

Voici 16 ou 17 ans, ma première femme m'a quitté. Ça arrive tous les jours à des milliers de gens, l'histoire n'a aucun intérêt.

 

Dans les semaines qui ont suivi, la gestion de l'événement a été chaotique.

 

Entre moments de déprime et périodes d'acceptation, il y eut des crises de violence. Une femme ne part pas sans qu'un homme n'ait été enrôlé pour assurer le suivi technique. Il y avait donc un homme, l'autre absolu, le pire, l'haïssable, et ma haine prenait des proportions dangereuses. Un week-end, seul dans un appartement désert, alors que j'espérais noyer dans l'alcool et le sommeil la révolte qui me rongeait, ce fut au contraire un paroxysme de cruauté qui me saisit.

 

Dès que je fermais les yeux, je me voyais le saisir par la nuque ou les cheveux, et lui traîner le visage sur des murs. Imaginez un peu la gueule d'un mec qu'on traîne sur les aspérités d'un mur (sans parler de la gueule du mur). Hé bien, je ne cessais de voir cette scène en boucle, de la voir, de l'accomplir, avec une haine immense et sans faille.

 

Je fus près de trois nuits et deux jours dans cet état de folie meurtrière. Totalement épuisé, je cherchais désespérément une issue lorsque soudain vint une idée : change la source des images.

 

Alors, avec effort, tant j'étais hypnotisé par cette horreur, je fis l'inventaire des images de substitution. Au bout d'un moment, je vis le visage d'une Vierge de mon enfance. Alors je m'y accrochai, comme on s'accroche à la corde qui vient d'être lancée et remontai peu à peu la pente du gouffre où j'étais tombé. Petit à petit,mètre après mètre, avec bien des difficultés je finis par sortir à l'air libre, sous ce visage tranquille et apaisant.

 

Je m'endormis comme une pierre. La nuit, je rêvai de lui, l'autre. Il était habillé en roi, l'image traditionnelle du roi en manteau de pourpre. Je m'agenouillai devant lui, et lui rendis hommage. C'était un vrai roi.

 

Quelques nuits plus tard, je vis que j'étais dans une cage, exactement une cage à oiseaux, ronde, dont la porte était ouverte. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Vieux Jade - dans sauvages
commenter cet article

commentaires

danielleg 09/05/2011 09:42


OUI,Jade,et chaque expérience nous fait GRANDIR,GRANDIR,GRANDIR...:)
Exellente journée a tous.


Vieux Jade 09/05/2011 17:57



Plus on est grand et plus la colonne vertébrale est fragile. Beaucoup de calcium.



danielleg 09/05/2011 08:10


Très joliment dit,quand même!
Merci aussi,SO.


Vieux Jade 09/05/2011 08:59



Rien ne remplace le vécu. C'est la raison de notre présence.



sans objet 09/05/2011 01:25


La haine n’est que l’expression du conflit que l’amour engendre en nous quand nous n’arrivons pas à le vivre.
Toute guerre est fondée sur la croyance en la justesse de sa cause, et cette croyance a pour origine un amour, peut être dans le cas présent: amour de votre femme, amour de votre histoire commune,
amour de vous-même…
C’est la contrainte exercée contre cet amour qui fait la violence, et cela dure tant que l’on n’a pas compris que les divisions sont uniquement intérieures, et qu’elles s’extériorisent dans des
conflits avec autrui pour être abolies au-dedans.

Notre attitude est féminine quand en nous le yin domine légèrement le yang, elle est masculine quand le yang domine légèrement le yin.
L’équilibre parfait entre yin et yang crée l’immobilité absolue, la mort.
La domination complète du yin par le yang, l’extinction du yin, crée l’infini, l’illimité, l’ignoré, l’improductif, la guerre, le néant.
La domination complète du yang par le yin, l’extinction du yang, crée le chaos, la violence, la destruction.
La vie se crée dans un léger déséquilibre entre yin et yang qui s’inverse constamment.
La paix se trouve dans une très légère domination du yang par le yin.
L’action de changement se produit dans une très légère domination du yin par le yang.

Il en est de même pour le féminin et le masculin. Ils forment ensemble l’essence de l’identité qui expriment la totalité, donc l’unité. Tout individu, tout être, et en particulier l’être humain,
est yin et yang à la fois, c’est-à-dire qu’il appartient à un ordre qui crée la différence et l’exprime en sexualisant toute forme de vie.
La relation entre la femme et l’homme doit être éthique, une éthique fondée sur la reconnaissance de la différence sexuelle.
C’est une nécessité pour mettre en équilibre l’humanité et progresser vers la paix.

Le principe de la rivalité est masculin. Il résulte d’une logique de castrats: éliminer son rival en tant qu’homme pour ne pas être confronté à ses propres doutes concernant sa virilité, le faire
saigner pour le réduire à l’état de femme. C’est le principe de la compétition qui ne fait qu’imiter la guerre.

Les hommes et les femmes sont différents pour pouvoir se donner réciproquement la première pierre de l’édifice de l’identité. Appartenir à un sexe sert à se définir corporellement, et nous démontre
que nous n’existons pas sans autrui, car une partie de nous appartient au corps de l’autre.

Plus encore une part de notre énergie est dans l’autre sexe.
Le yin du yang de l’homme est dans la femme.
Le yang du yin de la femme est dans l’homme.
Et inversement


Aimer c’est être dans la délicieuse impossibilité de cesser d’aimer.

Aucun mots de ce commentaire ne m’appartiennent.

Namasté


Vieux Jade 09/05/2011 07:38



Merci.



danielleg 07/05/2011 08:52


L'horrible Bye Bye,oui sur le coup!
Après,c'est, MERCI "LA VIE"


danielleg 07/05/2011 07:44


Merci Jade pour vos mots,est ce que cela vous a pris du temps pour passer complètement a autre chose?
Cela m'est arrivé aussi,j'ai mis 10 ans,pour passer a autre chose!
Mais bon,je,c'est prise pour un sauveur!
Je, n'a sauvé personne,elle a réussi simplement a se perdre!
Aujourd'hui tout va bien,la lecon a été apprise par Coeur.
Personne ne peut rien pour personne!
Belle journée a tous.


Vieux Jade 07/05/2011 08:11



Le temps du deuil, dit Ned Allen. Pas le deuil de l'autre, le deuil de soi, de ses illusions, constructions, habitudes...c'est sain de mourir. Personne n'aime ça, et pourtant ça fait de la place.


http://www.youtube.com/watch?v=desWdgr_sr4



Présentation

  • : Le jardin de Vieux Jade
  • : Arrivages du jour, légumes secs, mauvaises herbes, quelques trucs qui arrachent la gueule. Taupes, censeurs et culs bénits s'abstenir. Si vous cherchez des certitudes, c'est pas l'endroit.
  • Contact

Décidément rétif à l'ordre bestial, j'ai fixé ma résidence ailleurs, d'où j'observe le déroulement des temps infernaux, fumier des plus belles fleurs.  J'ai un jardin secret, où les plantes poussent toutes seules. Servez-vous, si le coeur vous en dit, sans tenir compte de la chronologie, car comme le mot le dit clairement, l'heure est un leurre.

 

Une précision concernant les commentaires : n'ayant pas toujours le temps ni l'énergie de répondre aux commentaires, ceux-ci restent ouverts, sans aucune garantie que j'y réponde. Je me réserve cependant le droit de sabrer les inconvenances, dont je reste seul juge.

 

Ici, je n'est pas un autre.

Recherche

Lave

Après l’explosion

Nul ne l’a sue

Le jour d’après

Coule la lave

Brûlent les cendres

Lave la lave

Mange la louve

Larmes sans sel

De régime

Cuit et recuit 

Frottent les cendres

Récurent

 

Pas encore nu,

Pas tout à fait ?

Restent des choses

Bien accrochées

Des salissures

De vieux fantômes

D’anciennes guerres

 

Qui peut le faire, si ce n'est toi ? 

 

Nettoie

 

Les notes glissent

Comme des larmes

Gouttes de feu

Sur la paroi

 

Qui m’a volé le cœur ?

Qui m’a trempé vivant,

Comme une lame ?

Qui m’a fouetté les yeux,

M’a déchiré le ventre

Me baisant les paupières

Et m’enduisant de baume,

Me prenant par la main,

Pour me conduire

Dehors ?

Les dits de Lao Yu

LE BUT DE LA QUÊTE EST DE N'AVOIR

NI BUT, NI QUÊTE

 

***

 

QUE SAIT-IL DE LA PESANTEUR,

CELUI QUI N'EST JAMAIS TOMBÉ ?

 

***

 

C'EST SOUVENT LORSQU'ELLE S'ENFUIT QU'ON PERÇOIT L'ESSENCE DE LA BEAUTÉ

 

***

 

LA MER A DES MILLIARDS DE VAGUES QUI BATTENT TOUS LES RIVAGES. OU EST LE CENTRE DE LA MER ?

 

***

 

CE QUI EST MORT N'A AUCUN POUVOIR SUR CE QUI EST VIVANT

SEULS LES MORTS CRAIGNENT LES MORTS

 

***

 

QUAND LE NID BRÛLE, LES OISEAUX S’ENVOLENT

 

***

 

C’EST DANS LA CHUTE QUE LES AILES POUSSENT

 

***

 

CE QUI PEUT ÊTRE PERDU EST SANS VALEUR

 

***

 

LA MAISON EST PLUS GRANDE QUE LA PORTE

 

***

 

L’ERREUR EST LA VOIE

 

***

 

LA ROUTE EST DURE A CELUI QUI BOÎTE

 

***

 

LA LUMIERE DE L’ETOILE EST DANS L’ŒIL QUI LA REGARDE

 

***

 

LES PETITS NOURRISSENT LES GRANDS

 

***

 

LES RICHES ONT UNE BOUCHE
MAIS PAS DE MAINS POUR LA REMPLIR

C’EST POURQUOI IL LEUR FAUT
DE NOMBREUX SERVITEURS ;


CEUX QUI ONT DE NOMBREUX SERVITEURS
NE SAURAIENT VIVRE SEULS,

CE SONT DONC DES PAUVRES ;


CELUI QUI PEUT VIVRE SANS SERVITEURS 
EST DONC LE VERITABLE RICHE.

 

***

 

VIVRE C’EST REVENIR SUR SES PAS

 

***

 

LA NUIT LAVE LE LINGE DU SOLEIL

 

***

 

LES RUISSEAUX EMPORTENT LES MONTAGNES

 

***

 

UNE EPINE DANS LE PIED DU GENERAL : L’ARMEE S’ARRÊTE


***
 


UN PORC EN HABITS DE SOIE RESTE UN PORC,
COMME UN DIAMANT DANS LE FUMIER

RESTE UN DIAMANT.

MAIS LA PLACE D’ UN DIAMANT

EST DANS UN ECRIN DE SOIE,

ET CELLE D’UN PORC DANS LE FUMIER.

 

***

 

COMME SEULE L’EAU ETANCHE LA SOIF,
SEULE LA JUSTICE COMBLE LA FAIM DE JUSTICE

 

***

 

DU COLIBRI A L’AIGLE, IL EXISTE DE NOMBREUX OISEAUX

 

***

 

LE DEDANS REGLE LE DEHORS

 

***

 

L’EPONGE BOIT LE VIN RENVERSÉ
ET LA ROSÉE DU MATIN

 

 

***  

 

LORSQU'IL DECOUVRE LE MIEL,

L'OURS OUBLIE LA PIQÛRE DES ABEILLES

 

 

 

 

 

 

 

 

Lisez-Moi Lisez Moi Lisez Moi

Des mots des mots des mots des

Quand à un livre je me livre , ce que je lis me délie.

 

 

Je me demande pourquoi on n'a pas encore une loi qui oblige à faire bouillir les bébés à la naissance, afin qu'ils soient parfaitement stérilisés.

 

Circuler, pour mieux s'ôter.

Toute notre vie, on attend une grande cause pour se lever, et on passe sa vie accroupi, à croupir.

Le lucane aime prendre l'R le soir à sa lucarne.

Ce qu’il y a de bien dans l’état de siège, c’est qu’on prend le temps de s’asseoir.

 

 

Les oiseaux sont les poissons du ciel,

nous en sommes les crabes


Heureux les déjantés, ils quitteront plus facilement la route commune!

 
L’argent n’a pas d’odeur, mais il y contribue.


Un vrai sosie, c’est invraisemblable.

   

Quand je grossis, je m’aigris ; et quand je m’aigris, je grossis.

   

Le temps, c’est de l’urgent.

   

Joindre l’utile au désagréable : se faire renverser par une ambulance.  

 

Le journal du paradis, c’est le Daily Cieux.

   

Yfaut et Yaka sont dans un bateau ; Yfaut tombe à l’eau, Yaka l’repêcher.

 

Chaque matin, s’ils ne sont pas morts, les vieux vont aux nouvelles.

 

Le poète a latitude d’explorer toutes les longitudes.

   

Etre réduit à la portion congrue, c’est fort peu. Moins, c’est incongru.

 

Peut-on dire de quelqu’un
dont la vie dépend des autres pour tout qu’il
est riche ?
La bouche est elle riche ?

Peut-on dire de quelqu’un
qui n’a rien à attendre des autres qu’il est pauvre ?
Les mains sont elles pauvres ?

 

Curieux comme mystique s’oppose à mastoc.

 

On a mis bien des ouvrages majeurs à l’index.

 

Quand le brouillard tombe, on voudrait qu’il se casse.

 

Au matin, la nuit tombe de sommeil.